Angelus - ANGELUS U20 ULTRA SQUELETTE TOURBILLON
Angelus - ANGELUS U20 ULTRA SQUELETTE TOURBILLON

ANGELUS U20 ULTRA SQUELETTE TOURBILLON

Angelus | 71'000 € TTC

Disponible
L'avis de laurent

Voir les autres vues

La U20 ultra squelette tourbillon pousse la transparence à son paroxysme

LE DESIGN

 

Il ne s'agit pas d'un mouvement ordinaire squelettisé par la suite, mais d'un mouvement tourbillon créé de toutes pièces pour être symétrique, transparent et resplendissant.

 

Pour améliorer davantage la transparence, le U20 dispose d'une plaque principale en saphir. Les ponts ont été réalisés en titane bleui et ont été squelettés pour augmenter la transparence. La forme du faisceau des ponts optimise également la rigidité, cette dernière étant essentielle pour la précision chronométrique.

 

L'œil avisé sera ravi de constater que la haute horlogerie n'a pas été sacrifiée sur l'autel de la transparence: des composants de l'Ultra-Skeleton Tourbillon ont été chanfreinés, polis et satinés à la main pour garantir leur aspect semblable à un filigrane.

 

Et pour augmenter encore un peu plus la visibilité au sommet du mouvement tridimensionnel, le Tourbillon Ultra-Squelette U20 présente un élément de design unique. Le boîtier se passe de la lunette et utilise un dôme en verre saphir, qui permet également une vue latérale du mouvement.

 

Le Tourbillon Ultra-Squelette U20 mérite donc une inspection minutieuse, qui révèle de nombreux détails bien pensés transformant ainsi une montre squelette en une montre de haute horlogerie ultra-squelettisée : le balancier à inertie variable du tourbillon est spécialement conçu et fabriqué  pour minimiser le frottement de l'air; la plaque principale en saphir est polie au degré optique le plus élevé; les roulements rubis sont fixés dans des chatons en or massif. Le boîtier ultra-léger, entièrement composé de fibres de carbone, de titane et de saphir, a été conçu pour faire écho à la légèreté visuelle et à la sensation technique proposée par ce garde-temps.

 

 

LE CALIBRE A250

 

La cage en acier du tourbillon est chanfreinée à la main et polie avec des surfaces planes polies miroir ou satinées. Le balancier à inertie variable est réglé par quatre poids en or autour de son périmètre. 

 

Dans cette quête perpetuelle de hautes performances, la jante du balancier a été fraisée afin de maximiser l'aérodynamisme et de réduire la résistance à l'air. Le mouvement hautement technique comprend en outre des ponts en titane de type poutre qui sont squelettisés pour augmenter encore la transparence. Le pont de cylindre en titane est soutenu par de minces piliers fixés directement dans la plaque principale en saphir pour optimiser la légèreté visuelle.

 

Toutes les roues du train d'engrenages ont une conception à six branches spécialement développée, toujours dans le souci de la rigidité maximale pour une masse minimale.Tous les rubis, qui servent en réalité de roulements à faible frottement, sont insérés dans des chatons en or massif intégrés à la plaque principale en saphir. Les chatons dorés sont non seulement esthétiques et témoignent de la grande horlogerie du mouvement, mais ils ne sont pas magnétiques ni résistants à la corrosion, tout comme le saphir.

 

 

LA U20 DANS LES DÉTAILS 

 

  • Focus sur Le Tourbillon Ultra-Squelette U20 

Le mouvement est basé sur une plaque principale en saphir, avec des composants clés supportés par des ponts en titane squelettés bleus finement finis à la main.

L’absence de cadran et l’utilisation d’un dôme en verre saphir posé directement sur le boîtier en fibre de carbone permettent un accès visuel total au mouvement depuis le haut et les côtés, accentuant ainsi la tridimensionnalité de l’architecture du mouvement.

 

Les cornes en titane, solidement fixées au boîtier en fibre de carbone et renforcées par une armature en fibre de carbone, ont une forme très technique et font écho aux ponts en titane du mouvement. Cependant, la complexité des pattes est atténuée par l'utilisation astucieuse de bords chanfreinés polis et de surfaces contrastées satinées.

 

  • Une grande plaque centrale en saphir

Le saphir du Tourbillon Ultra-Squelette U20 est très spécifique et offre les caractéristiques essentielles nécessaires à son emploie dans la fabrication d’un garde-temps de haute horlogerie. Cette plaquee en saphir est d'abord fabriquée à partir d'un bloc de saphir solide avant d'être minutieusement polie pour être parfaitement transparente.

 

Ce processus élaboré donne une plaque principale très précise avec des tolérances de l’ordre du micron. Ce dernier point est important car le saphir utilisé dans l’ultra-squelette Tourbillon n’est pas décoratif mais fonctionnel à 100%.

Spécifications techniques

REFERENCE : 0TCAB.U01AC004T

 

- ÉDITION LIMITÉE À 18 PIÈCES - 

 

 

 

FONCTIONS

- Heures et minutes centrales

- Tourbillon volant d'une minute,

 

 

MOUVEMENT

- Mouvement de manufacture de Haute Horlogerie avec plaque principale en saphir et ponts en titane bleus squelettés

- Rubis : 18, sertis dans des chatons en or massif

- Diamètre: 32.60 mm

- Epaisseur: 5,78 mm

- Réserve de marche: 90 h

- Fréquence: 21 600 alternances par heure / 3 Hz

 

 

CAGE DE TOURBILLON

- Acier

- Chanfreinés et polis à la main

 

 

FINITION DU MOUVEMENT

- Haute horlogerie : tout composant en acier à chanfreins et bords polis à la main, surfaces planes polies miroir ou satinées

 

 

BOITIER

- Matériau : fibre de carbone NPT et titane

- Diamètre : 42,0 mm

- Hauteur : 10.30 mm, y compris les cristaux de saphir

- Cristaux : Dôme en verre saphir avec revêtement antireflet sur la surface intérieure

- résistance à l’eau : 30 m / 100 ’/ 3 atm

 

 

CADRAN

- Matériau: le cadran en saphir est en fait la plaque principale du mouvement

- Marquage heure et minute: rayons imprimés sur l’anneau du chapitre extérieur

- Aiguilles des heures et des minutes: traitées au rhodium et squelettisées

 

 

BOUCLE ET BRACLET

- Bracelet: cuir alligator noir furtif avec insert en titane

- Boucle: Ardillon en Titane, gravée du logo Angelus

 
 
 
 
 
 
 
 

Who's who

L’annonce était réservée à un public attentif et connaisseur. Ce qui, d’emblée, réduit l’audience à son minimum d’horlo-geeks avertis. Ce public, c’est précisément celui de Chonopassion. Voilà pourquoi Laurent Picciotto avait repéré, parmi les centaines d’annonces effectuées durant Baselworld, celle-ci, résumée en deux mots que plus personne n’osait espérer : « Angelus revient ».

 

Angelus, créée en 1891, est l’auteur de calibres mythiques de la belle horlogerie suisse, l’une des manufactures les plus innovantes de la première moitié du XXe siècle. Son nom fut balayé par le quartz au milieu des années 70. Pourtant, il reste associé dans le cœur des puristes aux summums des calibres mécaniques. Beaucoup ont d’ailleurs animé des pièces de haut rang, parmi lesquelles certaines Panerai Luminor aujourd’hui très recherchées.

 

Il fallait donc de l’audace, avec un tel héritage, pour vouloir redonner vie à Angelus. De l’audace, mais aussi des moyens, de la créativité, et le talent de ne pas refaire ce qui avait déjà été fait. Ces ingrédients se trouvent aujourd’hui réunis chez La Joux-Perret, illustre motoriste de la Chaux-de-Fonds, épaulé par le groupe Citizen et auteur de pièces remarquables chez Arnold & Son. C’est cet ensemble cohérent et dynamique qui a décidé de redonner vie à Angelus.

 

« Sur le papier, la renaissance d’Angelus réunissait donc toutes les conditions pour être une réussite. Ne restait qu’à voir la pièce », résume Laurent Picciotto. « La pièce », et non le modèle car, en ce mois de mars 2015, à Bâle, il n’y en avait qu’une seule. Et elle fut instantanément réservée à destination de la rue Saint-Honoré.

« Elle a effectivement tout de suite capté mon attention », confirme Laurent Picciotto. « Ce tourbillon excentré qui sort de la pièce, dépasse à peine de la chemise, reléguant presque l’heure au second plan, c’est une très belle trouvaille. Instantanément, cette U10 Tourbillon Lumière devient un sujet de conversation ».

 

Chronopassion est donc devenue la première enseigne à proposer l’un des très rares exemplaires de l’U10 (25 exemplaires au monde). Le coup de foudre a été immédiat, autant pour son design que son calibre. « C’est un pur mouvement de forme », analyse Laurent Picciotto. « Il a été conçu pour épouser chaque millimètre de sa boîte très seventies, unique et sur mesure. Sa seconde morte est autant une complication rare qu’un clin d’œil à cette décennie qui mit un terme à la première vie d’Angelus. Les connaisseurs ont bien saisi l’allusion ».

 

Angelus n’est donc pas une start-up de plus. La maison offre toutes les garanties de professionnels chevronnés de l’horlogerie, jouissant d’une totale liberté créative. Le nom ‘Angelus’ est une véritable caution, une légitimité.

Doit-on parler de redémarrage historique ? Seul l’avenir le dira. Mais si tel est le cas, l’U10 en sera la pierre philosophale. Et, une fois encore, dans ce rôle qu’elle a si souvent endossé, Chronopassion son artisan de la première heure. 

 

 

 

 

Journaliste : Olivier Müller

 
Lire la suite