Edelberg - Edelberg Sloop "Le Chronopassion" roller
Luc Virginius / Chronopassion
Edelberg - Edelberg Sloop "Le Chronopassion" roller

Edelberg Sloop "Le Chronopassion" roller

Edelberg | 1'950 € TTC

Disponible Contactez nous
L'avis de laurent

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

Edelberg Sloop "Le Chronopassion"

Outre le design faisant référence aux machines à voyager dans le temps, les matériaux sélectionnés par Edelberg sont les mêmes que ceux utilisés dans la fabrication de montres bracelets fines : du cylindre en fibre de carbone brillant, à la barrette et aux extrémités en acier inoxydable, en passant par la bande en SuperLuminova intégrée dans le design. Il s’agit d’un témoignage vivant de la passion de Laurent Picciotto et de la maîtrise d’Edelberg dans la confection d’instruments d’écriture de première qualité.

 

Le corps du stylo en fibre de carbone a servi de canevas pour une peinture originale d’Alvaro Soler, qui orne l’Edelberg Sloop Le Chronopassion.  Seules 88 personnes auront la chance de partager cette collaboration « horlogère et artistique ».

 

Chaque Edelberg Sloop Le Chronopassion est conçue à la main conformément aux normes rigoureuses d’Edelberg et de Chronopassion, deux noms garants d’un style sans concession.

Le Sloop Chronopassion sera livré à son propriétaire dans une boîte spécialement conçue par Edelberg, accompagnée d’un certificat d’authenticité.

Spécifications techniques

Corp : Fibre de Carbone Brillant

Ligne : SuperLumiNova

Part Metallique : Acier 316L avec Logo en SuperLumiNova

Mecanisme  : Clip se rétracte dans le corp à l'ouverture pour eviter de le ranger ouvert

Manufacture : 100% Swiss Made

Peinture : chaque pièce est unique est réalisée à la main par Alvaro Soler

Limitation : 88 pièces dans le monde

Special : Ecrin  et  garantie « Le Chronopassion »

 

Who's who

Très peu d’enseignes, en France, revendent la marque Edelberg. D’enseignes horlogères, il n’y en a aucune, sauf Chronopassion. Et pour cause, Edelberg est une marque de…stylos. Laurent Picciotto, homme de passions horlogères, est avant tout homme de beaux objets, d’innovation et de bien-facture. Ce sont probablement ces quelques caractéristiques qui l’ont mené à considérer Edelberg comme un complément judicieux à ses collections horlogères. La marque se définit d’ailleurs elle-même comme ‘haute manufacture’. Lorsque Carlo E. Naldi l’a lancée, à Zoug, au printemps 2010, il avançait en terrain connu. Distributeur en Suisse des plus grandes marques de stylos à plume italiennes, sa réputation et sa connaissance des objets d’écritures lui ont valu la reconnaissance du milieu de l’artisanat et d’accessoires de bureau haut de gamme. Outre la distribution de marques déjà établies, ‘Naldi-Italy’ sera sa propre signature sur un ensemble d’objets précieux allant des boutons de manchettes aux étuis en passant les porte-clés design. Pour autant, les stylos restent un art à part, un savoir-faire séculaire. Carlo Naldi décide d’y consacrer une collection dédiée, Edelberg. Edelberg ? Tout simplement la contraction d’Edelweiss et de Gutenberg, en d’autres termes l’alliance naturelle entre l’excellence des manufactures suisses avec l’invention de l’imprimerie. La marque voit ainsi le jour à Genève 6 mois plus tard, en octobre 2010. D’emblée, les créations Edelberg joue la rupture esthétique, en offrant un design sophistiqué, épuré, qui s’incarne au travers de matériaux précieux comme l’ivoire, et modernes, comme la fibre de carbone. Qu’est-ce qui différencie alors un Edelberg d’une autre création italienne du même rang ? Un élément, un seul, précisément celui qui a séduit Laurent Picciotto sur le modèle ‘Sloop’ : « Tout le long du stylo court une ligne en SuperLumiNova, un signe distinctif qui ne passe pas inaperçu aux yeux de l’amateur d’horlogerie ». Autant les instruments d’écritures et l’horlogerie se partagent le même univers du luxe, autant Laurent Picciotto préfère arrêter tout de suite la comparaison : « Une montre, même si de nos jours c’est devenu accessoire, a au moins le mérite de donner l’heure. La bande lumineuse en SuperLumiNova, elle, ne sert à rien ! C’est un pur plaisir esthétique, une idée simple qui fait la singularité d’un instrument d’écriture dont on peut tout à fait se passer, ce qui le rend évidemment indispensable ! » 

Journaliste : Olivier Müller

Lire la suite