girard perregaux - GIRARD-PERREGAUX LAUREATO 42 mm
Luc Virginius / Chronopassion
girard perregaux - GIRARD-PERREGAUX LAUREATO 42 mm

GIRARD-PERREGAUX LAUREATO 42 mm

girard perregaux
Voir le prix
11'200 €

Disponible Contactez nous
L'avis de laurent

Brilliant retour

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

GIRARD-PERREGAUX LAUREATO 42 mm

Cela faisait des années que les amateurs et collectionneurs attendaient son retour. 2017 voit la naissance d'une famille Laureato complète, intégrée à la collection courante de Girard-Perregaux. 

 

 

En 2016, la Laureato avait fait son retour sur la scène de l’horlogerie, sous la forme d'une série limitée en hommage aux 225 ans de Girard-Perregaux. Après cette édition couronnée de succès, Girard-Perregaux donne à la Laureato sa juste place : celle d'une montre contemporaine alliant un design avancé et unique, le sens du détail, un haut niveau de chronométrie et un goût sûr. Ces attributs sont ceux d'une montre réellement iconique, qui traverse le temps avec aisance.

 

Quatre diamètres, des mouvements de haute horlogerie à complication, à remontage automatique ou à quartz, dans des boîtiers en acier, en or, dans des combinaisons de ces matières ou incluant du titane, la gamme Laureato n'a jamais été aussi large, aussi variée. Avec près de 30 références, cette légende horlogère se montre à la hauteur de son véritable potentiel.

 

Girard-Perregaux infuse toute sa légitimité dans ces garde-temps de caractère, destinées aux hommes, aux femmes, aux amateurs de design, de technicité et d'art de vivre. Ils sont marqués de tous les savoir-faire séculaires et de la capacité à innover de la manufacture de La Chaux-de-Fonds, haut lieu de l'horlogerie suisse.

 

 

 

Naissance d'une icône 

 

Nomen est Omen. La traduction de ce proverbe latin est le nom est présage. Il sied particulièrement bien au modèle Laureato de Girard-Perregaux, dont voici l’histoire.

 

Nous sommes au milieu des années 1970, période où l’art du design vit de profondes mutations. En horlogerie par exemple, une demande inédite se fait de plus en plus insistante : le besoin d’une montre sportive, élégante, à porter en toutes occasions et dont l’esthétique marquante se caractérise entre autres par l’intégration du boîtier et du bracelet : ils ne doivent faire qu’un. C’est en Italie que Girard-Perregaux va chercher sa réponse. L’étude de la montre est confiée à un architecte milanais. Pour lui cependant, il est évident que l’élément de reconnaissance immédiate de la montre doit être la lunette. En homme de l’art, pour qui le cercle et le polygone font la paire, il dessine une lunette octogonale inscrite à l’intérieur d’un cercle. Afin de faire jouer la lumière, les 8 angles de l’octogone sont reliés non pas par des lignes droites et sèches, mais par des courbes harmonieuses combinant surfaces convexes et concaves entièrement polies. 

Osons ici une comparaison entre architecture et design horloger : l’élément de reconnaissance de la cathédrale Santa Maria del Fiore à Florence est son dôme circulaire s’appuyant sur une structure octogonale, qui s’élève au-dessus de la nef, du transept et du chœur de l’église. L’architecte a-t-il voulu miniaturiser ce concept à l’échelle d’une montre bracelet ? Une lunette octogonale inscrite dans un cercle surmontant boîtier et bracelet parfaitement intégrés ? La réponse est certainement oui. 

 

Techniquement, la Laureato de 1975 réserve une autre surprise : son mouvement. Quatre ans à peine après avoir présenté le premier mouvement à quartz produit en Suisse, relativement volumineux, les ingénieurs de Girard-Perregaux sont à même de proposer un nouveau mouvement particulièrement mince et compact. C’est lui qui équipera la Laureato. Ses performances chronométriques sont surprenantes : soumis à des tests officiels de précision dont la sévérité est proverbiale, il les réussit sans peine. Avec lui, Girard-Perregaux devient la manufacture horlogère obtenant le plus grand nombre de certificats de chronomètres à quartz dans les années qui suivirent : La Laureato est bien née et porte bien son nom.        

 

 

 

Essence et présence

 

La Laureato possède une identité forte. Cette personnalité à part s'appuie sur un code génétique qui fait évoluer les détails de son apparence sans jamais dénaturer son essence. Ainsi, la Laureato se définit par sa lunette octogonale et polie, posée sur un boîtier intégré, c'est à dire sans cornes ni anses. Pas son bracelet métallique, un prolongement naturel de la boîte, élément de design originel et à part entière.

 

Ce bracelet métallique se caractérise par ses larges maillons satinés, en forme de H et par ses entre-maillons bombés et polis. Le jeu entre surfaces polies et satinées crée le relief et anime la montre. Au porter, ce bracelet possède la qualité la plus importante de toutes : une souplesse exceptionnelle. Il rend la Laureato parfaitement confortable, sur tous les types de poignets.

 

La Laureato possède par définition un cadran à motif Clou de Paris, un ensemble de petites pyramides en volume qui occupent toute l'ouverture de la montre et capturent la lumière. Mais au-delà, la Laureato est avant tout un esprit. Sportive parce que résistante, chic parce que ponctuée de détails soignés, elle est faite aussi bien pour les grandes occasions que pour un porter quotidien, décontracté. Cette polyvalence est le fruit d'une réflexion intense autour des notions d'ergonomie, de volume et de style, qui a donné naissance à quatre nouvelles familles.

 

Laureato 42 mm : l'élégance au masculin

 

La Laureato 42 mm est une montre à vivre, au quotidien. Elle a pour vocation de proposer les indications les plus utiles à un homme de goût, tous les jours, quelles que soient les circonstances. D'un diamètre affirmé et versatile, elle est également de proportions très étudiées. Avec une épaisseur de seulement 10,16 mm, elle passe sous toutes les manches de chemises, sous tous les pulls avec aisance. Elle est proposée avec un choix de trois cadrans marqués du motif Clou de Paris : gris argenté, gris ardoise et bleu.

 

Le boîtier est disponible au choix en acier ou en or rose, monté sur un bracelet métallique assorti ou en cuir d'alligator. Ces classiques sont complétés par une variante en titane et or rose, tout à fait dans l'esprit 70's de la Laureato originelle. Dans tous les cas, la Laureato 42 mm est équipée du mouvement GP01800. Intégralement pensé, produit, assemblé et réglé par Girard-Perregaux, doté de finitions traditionnelles et soignées, il est le fer de lance de la manufacture.

Spécifications techniques

Laureato 42 mm

 

Boîtier

Matière : acier, ou titane et or rose 18 ct.

Diamètre : 42,00 mm

Epaisseur : 10,88 mm

Verre : saphir traité anti-reflet

Fond : saphir

Cadran : argenté, ou gris ardoise, ou bleu, avec motif « Clou de Paris » 

Aiguilles : de type bâton, garnies de matière luminescente

Etanchéité : 100 mètres (10 ATM, 10 bar)

 

Mouvement

Référence : GP01800-0008, mécanique à remontage automatique

Diamètre : 30 mm (13’’’1/4)  

Epaisseur : 3,97 mm

Fréquence : 28 800 Alt./h. (4 Hz)

Nombre de composants : 191

Rubis : 28

Réserve de marche : 54 heures

Fonctions : heures, minutes, secondes au centre, date

 

Bracelets

Bracelet métallique : acier, 

Boucle : déployante à triple lame, en acier ou titane

 

Who's who

Lorsqu'on demande à Laurent Picciotto les raisons de son partenariat de longue date avec Girard-Perregaux, il prend en général un temps de réflexion pour peser ses mots : il y aurait tant de raisons valables de travailler avec "GP" qu'il faut distinguer la bonne, la seule, celle qui devrait rester si toutes les autres tombaient.  Cette raison s'est incarnée il y a plus de 20 ans dans les allées de BaselWorld. "C'était en 1991", raconte-t-il. "J'arpentais les allées, lorsque je suis tombé en arrêt devant le tourbillon sous trois ponts d'or. Je suis entré sur le stand et je leur ai demandé un coffret des trois finitions, numérotées. Ce coffret exceptionnel, vendu quelques mois plus tard à un de mes clients possédant plus de mille pièces, reste dans ma mémoire comme l’incontournable de toute ma collaboration avec Girard-Perregaux". Cette raison, on l'a compris, c'est la capacité de la marque à proposer des pièces hors normes, qui prennent tout le monde de cours tout en semblant s'inscrire dans une tradition de haute horlogerie.  Aussi, au fil des années, l'édition de séries limitées, voire de pièces uniques à Chronopassion, allait devenir courante entre les deux enseignes. La plupart des collectionneurs de la marque savait qu'ils pourraient trouver rue Saint Honoré des pièces qu'ils ne verraient nulle part ailleurs. Une amitié durable se lie entre les deux propriétaires, Luigi Macaluso et Laurent Picciotto, qui durera jusqu'au décès du premier en 2010.  Pour Laurent Picciotto, l'histoire de Girard-Perregaux est ancrée dans la haute horlogerie. A ce titre, il reste admiratif des complications maitrisées par la marque : "le tourbillon est une force de Girard-Perregaux. C'était, il y a 20 ans, un élément horloger réellement différenciant.  Il y en avait peu sur le marché, sans commune mesure avec l'offre que l'on trouve de nos jours".  Aujourd'hui, il attend de Girard-Perregaux qu'elle réédite ce genre de marque forte sur l'horlogerie, de celles qui font l'étoffe des grandes manufactures. "C'est une marque institutionnelle qui impose le respect et le sérieux", ajoute-t-il. "Ce type de marque a le devoir d'anticiper et de surprendre. Girard-Perregaux l'a fait, plusieurs fois, et le refera". Restez sur vos gardes, la manufacture "GP" pourrait bien déjà être là où vous ne l'attendiez pas. 

 

Journaliste : Olivier Müller (12/2012)

Lire la suite

REOUVERTURE LE 21 AOUT

fermer