greubel forsey - Greubel Forsey : double balancier 35°
Luc Virginius / Chronopassion
greubel forsey - Greubel Forsey : double balancier 35°

Greubel Forsey : double balancier 35°

greubel forsey

Epuisé Contactez nous
L'avis de laurent

Seulement 6 pièces , la nôtre ; numero 6/6

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

Greubel Forsey : double balancier 35°

Greubel Forsey présente le premier Double Balancier incliné de l’horlogerie

 

C’est une première dans le monde de l’horlogerie : Greubel Forsey présente le premier garde-temps doté d’un double balancierincliné.

Ce garde-temps, le Double Balancier 35° possède un organe réglant inédit composé de deux oscillateurs inclinés à échappements fixes. Ils sont reliés entre eux par un différentiel sphérique qui transmet la moyenne de leur marche au train de rouages et ainsi à l'affichage du temps. Ce mécanisme offre de plus un gain accru de précision chronométrique.

 

Recherches depuis 1999

Robert Greubel et Stephen Forsey ont initié leurs premières recherches sur l’inclinaison des organes réglants dès 1999. Leurs efforts furent concentrés au début sur les organes réglants rotatifs (difficulté accrue), puis ont naturellement progressé au début du XXIe s. vers les oscillateurs fixes.

Le premier prototype d’un oscillateur fixe, le double balancier incliné - 6e invention fondamentale de Greubel Forsey - a été dévoilé à BaselWorld en 2009 sous la forme d’un mouvement fonctionnel. Initialement, les deux balanciers inclinés étaient présentés de manière superposée et offraient une inclinaison de 20°. Cette disposition particulière a donné naissance deux ans plus tard à six garde-temps exclusifs commercialisé sous le label EWT en 2011.

Le garde-temps présenté aujourd’hui est par conséquent une évolution du concept initial. Les deux organes réglants inclinés ne sont plus superposés, mais positionnés dans des plans tridimensionnels différents et espacés.

 

Chronométrie

Découlant des recherches fondamentales que Greubel Forsey mène depuis plusieurs années sur l’inclinaison des organes réglants, ce Double Balancier 35° propose une approche visant à améliorer la performance chronométrique de la montre-bracelet, que celle-ci soit portée ou non.

Le fait d’avoir deux balanciers inclinés dans des plans tridimensionnels différents offre deux facteurs potentiels d’amélioration de la chronométrie. Premièrement, dans une position stabilisée, l’inclinaison de l’oscillateur minimise la possibilité d’avoir l’organe réglant dans une position soit horizontale (le plat), soit verticale (le pendu). Le deuxième facteur est l’effet combiné des deux oscillateurs reliés par un différentiel sphérique qui divise la marge d’erreur par deux ; on obtient ainsi une précision optimale tant en position stabilisée qu’en position dynamique.

 

Pour rappel, les recherches fondamentales de Greubel Forsey sur les plans inclinés ont été confirmées par le résultat de précision obtenu pour le Double Tourbillon 30° Technique au Concours International de chronométrie de 2011.

 

Architecture

Les aiguilles en or gris poli offrent une haute lisibilité du temps, de jour comme de nuit grâce aux pointes en Super-LumiNova. Elles indiquent l'heure sur un tour des heures en or poli, oxydé noir, qui contraste avec le cadran grené.

Située entre les deux balanciers inclinés, la petite seconde à 7 heures affiche la moyenne des deux régulateurs. A 2 heures, l'indicateur de réserve de marche de 72 heures affiche la durée disponible fournie par les deux barillets.

L'inclinaison à 35° des deux organes réglants permet l’utilisation de balanciers de plus grand diamètre (meilleure inertie pour une chronométrie plus stable) le tout dans un boîtier d’une taille de 43,5mm.

Deux plaquettes en or gris sont rapportées sur la bande de carrure. Gravée à la main, elles expriment en quelques termes les valeurs de Greubel Forsey.

Le Double Balancier 35° est présenté dans une Edition unique de seulement six garde-temps en or gris 18k, assurant ainsi une rare exclusivité.

 

Décoration et esthétique

Comme pour tous les garde-temps Greubel Forsey, le niveau de finition à la main et de la décoration dans le Double Balancier 35° est sans compromis. Les composants du mouvement sont imaginés avec des formes qui mettent en valeur leur beauté pour un effet visuel maximum, offrant une myriade de détails. Perlage, poli-noir et de superbes anglages main (avec des angles rentrants) donnent une vivacité sans égal au garde-temps. Architecture épurée en trois dimensions soulignée par les matières choisies et leur décoration fournissent la preuve de la très haute qualité qui imprègne tous les aspects de ce garde-temps.

 

Spécifications techniques

Le mouvement à remontage manuel complet comprend 365 composants, dont 28 uniquement pour le différentiel. Il est alimenté par deux barillets coaxiaux en série à rotation rapide qui fournissent une puissance optimale pour 72 heures. Les deux oscillateurs disposent de balanciers à inertie variable, courbes terminales de Phillips et battent à 3Hz/21’600 oscillations par heure. Platines et ponts sont en maillechort, grenées et perlées, avec moulures et anglages polis, flancs étirés et traitement anthracite (NAC).

Le boîtier est en or gris 18k, mesure 43,5 mm de diamètre et 14,34 mm de haut et présente une glace saphir bombée côté cadran et plate côté fond. Des cornes de forme tridimensionnelle à géométrie variable vissée à la carrure, gravure en relief polie "Double Balancier 35°" sur un fond martelé main, vis de sécurité en or, deux plaques en or blanc vissées sur le flanc de carrure, gravées et décorées à la main, ainsi que le numéro individuel gravé main. Bracelet en alligator noir, cousu main avec boucle déployante en or gris.

Spécifications techniques

Who's who

« La première fois que j’ai rencontré Robert Greubel, il travaillait sur le planétaire de Richard Mille. Lorsque je l’ai vu à l’œuvre, j’ai compris qu’il volait à une altitude où il ne devait pas croiser beaucoup de monde ». Ce premier souvenir de Laurent Picciotto à propos du cofondateur de ce qui allait devenir « Greubel Forsey » en dit long sur la personnalité du maître horloger. Car, pour une fois, le terme n’est pas usurpé : Robert Greubel est véritablement celui qui maîtrise l’horlogerie, depuis sa conception jusqu’à l’exécution de chaque composant. Elevé en Alsace, Robert Greubel a commencé sa carrière dans l’entreprise familiale, Greubel Horlogerie. Il s’installe ensuite en Suisse pour rejoindre IWC, où il participe au développement de leur Grande Complication. Trois ans plus tard, il rejoint le bureau d’études / concepteur indépendant Renaud & Papi (future propriété d’Audemars Piguet) en tant que prototypiste de complications. Il gravit rapidement les échelons pour devenir directeur puis partenaire.

A tournant de siècle, tournant de carrière : en 1999, Robert Greubel commence à travailler de manière indépendante et rencontre son futur binôme, Stéphane Forsey. Pour lui, Laurent Picciotto ressent la même admiration : « Stephen est homme d’une érudition et en même temps d’une gentillesse et d’une accessibilité qui n’ont pas d’égal dans la haute horlogerie », souligne-t-il. Le parcours de Stephen Forsey prend ses racines en Angleterre : il grandit à St Albans aux côtés d’un père passionné par la mécanique et l’ingénierie. De 1987 à 1992, il se spécialise dans la restauration de montres pour devenir directeur de Watch Restoration à Londres. Il multiplie alors les allers-retours à Neuchâtel, pour suivre la formation horlogère WOSTEP... jusqu’à un jour de 2001 où il ne prit qu’un aller simple, s’installant définitivement en terres helvètes pour créer, avec Robert Greubel, Complitime : installée à la Chaux-de-Fonds, la société produit des mouvements à complications pour de grandes marques.

Pour autant, en 2004, les deux associés quittent leurs fonctions et déposent officiellement leur propre marque, Greubel Forsey. « D’emblée, j’ai été assez ahuri par leur business model », se souvient Laurent Picciotto. « L’aspect commercial était la dernière de leurs préoccupations ; ils s’engageaient dans une entreprise d’une complexité hors norme pour aboutir à la production d’un nombre de pièces si minime...De la folie ! ». Dès l’ouverture de BaselWorld de la même année, la marque frappe les esprits par sa technicité : sa toute première pièce n’est autre qu’un double tourbillon à 30°. L’ADN de la marque est déjà visible : un cœur de métier centré sur le tourbillon, ainsi qu’un degré de finition, entièrement à la main, qui relève des plus hauts standards de la haute horlogerie. Stephen Forsey précisera d’ailleurs plus tard qu’une pièce comme la Tourbillon 24 secondes requiert 350 heures de travail pour sa simple finition...

Harry Winston repère rapidement le potentiel de la marque et lui confie dès 2006 la réalisation de son Opus 6. Dès lors, Greubel Forsey continuera de repousser les limites de la haute horlogerie, dans une quête sans renouvelée pour la précision, en présentant notamment des pièces hors norme comme le Tourbillon 24 Secondes Incliné et le Quadruple Tourbillon à Différentiel. Une marque si atypique ne pouvait que se faire une place de choix dans les collections de Chronopassion : « Au fil du temps, Greubel Forsey a su imposer des pièces qui sont finalement apparues évidentes à tout le monde. Stephen et Robert sont véritablement dans une quête, ils sont possédés !

Leur fascination pour la mécanique est communicative, il y a un côté ‘recherche fondamentale’ dans leurs pièces. Au final, on n’est jamais certain de totalement comprendre une Greubel Forsey. C’est d’ailleurs tout ce qui en fait toute la magie... ». 

Journaliste : Olivier Müller

Lire la suite