greubel forsey - Double Tourbillon Technique 30° Bi-color
Luc Virginius / Chronopassion
greubel forsey - Double Tourbillon Technique 30° Bi-color

Double Tourbillon Technique 30° Bi-color

greubel forsey
Voir le prix
599'500 €

Disponible Contactez nous
L'avis de laurent

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

Double Tourbillon Technique 30° Bi-color

Le Double Tourbillon Technique 30° Bi-color réinterprète notre première invention: le Double Tourbillon Incliné à 30°, que nous avons initialement implanté dans des Garde-temps de facture plus « classique », d’un point de vue esthétique et architectural. Nous souhaitions proposer une nouvelle manière de plonger dans les arcanes de cette invention, en suscitant un contraste saisissant entre le métal du boitier (platine ou or rouge 5N) et le traitement en chrome noir profond du mouvement. Chaque version (platine ou or rouge 5N) est ainsi déclinée dans une édition unique de 22 Garde-temps. Toutes deux sont « Bi-color », mais elles présentent toutefois des caractères bien distincts.

 

 

La version en or rouge 5N semble quant à elle moins « tendue » du point de vue des jeux de contraste. Elle joue une partition plus douce et moelleuse, entre la chaleur de l’or rouge 5N du boitier (toujours flanqué de plaquettes noires) et les divers composants en chrome noircis du mouvement, chacun concourant à l’harmonie du tableau en tenant un rôle coloriste bien précis.

 

Voyage au cœur du mécanisme

 

Interprétation originale et innovante de notre première invention fondamentale (le Double Tourbillon 30°), le Double Tourbillon Technique 30° Bi-color en réinvente l’architecture sur un mode diamétralement opposé, si bien qu’on assiste à une véritable leçon de mécanique.

Cette nouvelle architecture permet une immersion totale dans le mécanisme horloger. La glace-saphir devient une sorte de fenêtre qui permet d’observer un monde miniature tout en mouvements, riche d’éléments imbriqués, renvoyant l’œil d’un rouage à l’autre. En gravitant autour du Garde-temps, notre regard peut merveilleusement détailler chaque composant.

 

Transparence et harmonie

 

Le nouveau Garde-temps reflète parfaitement la philosophie et l’état d’esprit de Greubel Forsey: la transparence à tout prix. Chaque élément du mécanisme est magnifié sans pour autant éclipser son voisin, quand bien même le cœur de ce Garde-temps demeure le Double Tourbillon 30°.

 

 

En hommage au métier ancestral d’horloger, mais aussi pour l’ancrer profondément dans le 21e siècle, des nouveautés ont été incluses au Garde-temps, notamment un quadruple barillet, couplé à un différentiel sphérique de réserve de marche, qui assure une autonomie de 120 heures. Lorsque l’on remonte le mécanisme, on voit les barillets se mouvoir et effectuer plusieurs rotations. Le cadran saphir transparent, sur lequel sont inscrits les indexes, n’occupe que le pourtour intérieur de la lunette ; il laisse ainsi pénétrer la lumière dans toutes les strates du mécanisme. Dans un même souci de finesse et de délicatesse, les aiguilles sont ajourées pour favoriser la lumière et la transparence. À 3 heures, on retrouve le petit cadran sectoriel de la réserve de marche et, à 9 heures, celui, circulaire, de la petite seconde. Leurs aiguilles rouge vif, couleur qui symbolise l’air et la vie, illustrent bien notre soif de modernité technique.

 

État d’esprit

 

Une fois encore, nous avons désiré signifier, par l’architecture ouverte de ce Garde-temps, un savoir-faire exempt de mystification, en toute honnêteté: nous privilégions en effet la visibilité, dans les inventions, comme dans le souci de bienfacture, de qualité et de bon fonctionnement.  Ce Double Tourbillon Technique 30° Bi-color se veut un objet de partage. C’est là l’engagement que nous prenons avec le message gravé en relief sur la plaquette apposée sur le flanc gauche du boitier. Le texte évoque notre dévouement total à notre art, ainsi qu’une volonté farouche de le faire progresser par la recherche fondamentale et une réflexion sur l’architecture complexe des mouvements. Mais, encore et surtout, il y est question du besoin de partage de notre passion insatiable pour la chronométrie. Côté couronne de remontoir, quelques mots-balises résument encore ces valeurs fondamentales.

 

Ce cadre philosophique permet une expressivité maximum dans les finitions ! Les anglages sont systématiquement rentrants et réalisés à la main. Selon la grande tradition horlogère, les platines et les ponts sont en maillechort « grainé » et bénéficient d’un traitement en chrome noir. Le pont supérieur du tourbillon reste en acier poli bloqué et anglé main. Il contraste avec les aiguilles en or, assorties au nouveau boitier en or rouge 5N ou platine. Ce boitier mesure 47.5mm sur 16.84mm, et il est rehaussé de plaquettes latérales en titane noirci ADLC, ces dernières contant l’histoire des Inventeurs. À 1h30, on retrouve le différentiel sphérique Greubel Forsey, ici utilisé pour indiquer la durée de RDM. À 3 heures se tient l’affichage de la réserve de marche avec son « pont » découpé en forme de cou de cygne, et l’aiguille en guise de bec. À 6 heures, il y a le point d’orgue : le Double Tourbillon Technique cadencé à 21600a/h. Sa première cage évolue à plat en quatre minutes, et la seconde, inclinée à 30°, tourne en une minute. À 9 heures, la petite seconde. Enfin, à 11 heures, en écho au double tourbillon, un quadruple barillet superposé, à rotation rapide et dispositif anti surtension, fournit 120h de réserve de marche chronométrique (pour plus de 160h maximal). Au centre, enfin, on notera l’emploi d’une armature spéciale, un tripode, qui assure un maximum de stabilité au canon des aiguilles. Dernier clin d’œil, une structure similaire soutient le différentiel sphérique de remontage au dos.

 

Spécifications techniques

Double Tourbillon 30° Technique Bi - color
Edition unique de 22 pièces en or rouge 5n avec plaquettes textes en titane ADLC noir
Mouvement à remontage manuel avec tourbillon breveté
Double Tourbillon 30° • affichage des heures et minutes • affichage des secondes • indicateur de
rotation du tourbillon extérieur en 4 minutes • indicateur de rotation du tourbillon intérieur en 60 secondes • indicateur de la réserve de marche
 
Mouvement
Dimensions du mouvement
• Diamètre: 38.40 mm
• Epaisseur: 12.15 mm
Nombre de composants
• Mouvement complet: 385 composants
• 2 cages tourbillon: 132 composants
• Poids total des deux cages: 1.22 g
Nombre de rubis
• 43
• Rubis mi-glace dans des chatons en or
Réserve de marche
• 120 heures
Barillets
• Quatre barillets coaxiaux en série à rotation rapide (1 tour en 3.2 heures) dont l’un est
équipé d’un ressort à bride glissante afin d’éviter les surtensions
• Couvercle en or 22 k traité traité noir avec gravage en relief
Balancier
• A inertie variable avec vis réglantes en or gris (diamètre 10.70 mm)
Fréquence
• 21’600 alternances/heure
Spiral
• Courbe terminale de Phillips
• Piton de Genève
Platines
• En maillechort, aspect grené, anglages polis «main», traitement chrome noir
Ponts
• En maillechort, aspect grené, perlé, anglages polis «main», chrome noir
• Plaquette en or, gravée avec le numéro individuel
Tourbillon intérieur
• Incliné à 30°, 1 rotation par minute
Tourbillon extérieur
• 1 rotation en 4 minutes
• Piliers des cages anglés et ajourés main
• Plaquette d’équilibrage en or
Rouages
• Profil à développante de cercle
• Engrenage conique à dentures profilées
Affichages
• Heures et minutes
• Petite seconde
• Indicateur sectoriel de réserve de marche de 120 heures
• Indicateur de rotation du tourbillon extérieur en 4 minutes
Habillage
Boîtier
• En en or rouge 5N 18 k avec glace saphir bombée
• Fond transparent avec glace saphir plate
• Gravure en relief, polie «Double Tourbillon 30° Technique» sur fond martelé main
• Cornes à géométrie en trois dimensions, vissées
• Vis de sécurité en or
• 2 plaquettes en titane traitées ADLC, gravées, décorées main avec des textes, vissées sur la bande de carrure
• Numéro individuel gravé à la main
Dimensions du boîtier • Diamètre: 47.50 mm • Hauteur: 16.84 mm
Etanchéité du boîtier
• Etanche 3 atm - 30 m - 100 ft (norme NIHS 92-20/SN ISO 22810:2010)
Couronne
• En or rouge 5N 18k avec logo GF gravé et laqué noir
Cadran
• Cadran des heures en saphir
• Indicateurs de petite seconde et de réserve de marche en or
Aiguilles
• Heures et minutes en or poli, avec Super- LumiNova
• Petite seconde, réserve de marche (triangles rouges)
• Indicateur des 4 minutes en saphir gravé
Bracelet et boucle
• Alligator noir, cousu main
• Boucle déployante en or rouge 5N 18 k, logo Greubel Forsey gravé à la main
 

Who's who

« La première fois que j’ai rencontré Robert Greubel, il travaillait sur le planétaire de Richard Mille. Lorsque je l’ai vu à l’œuvre, j’ai compris qu’il volait à une altitude où il ne devait pas croiser beaucoup de monde ». Ce premier souvenir de Laurent Picciotto à propos du cofondateur de ce qui allait devenir « Greubel Forsey » en dit long sur la personnalité du maître horloger. Car, pour une fois, le terme n’est pas usurpé : Robert Greubel est véritablement celui qui maîtrise l’horlogerie, depuis sa conception jusqu’à l’exécution de chaque composant. Elevé en Alsace, Robert Greubel a commencé sa carrière dans l’entreprise familiale, Greubel Horlogerie. Il s’installe ensuite en Suisse pour rejoindre IWC, où il participe au développement de leur Grande Complication. Trois ans plus tard, il rejoint le bureau d’études / concepteur indépendant Renaud & Papi (future propriété d’Audemars Piguet) en tant que prototypiste de complications. Il gravit rapidement les échelons pour devenir directeur puis partenaire.
 
A tournant de siècle, tournant de carrière : en 1999, Robert Greubel commence à travailler de manière indépendante et rencontre son futur binôme, Stéphane Forsey. Pour lui, Laurent Picciotto ressent la même admiration : « Stephen est homme d’une érudition et en même temps d’une gentillesse et d’une accessibilité qui n’ont pas d’égal dans la haute horlogerie », souligne-t-il. Le parcours de Stephen Forsey prend ses racines en Angleterre : il grandit à St Albans aux côtés d’un père passionné par la mécanique et l’ingénierie. De 1987 à 1992, il se spécialise dans la restauration de montres pour devenir directeur de Watch Restoration à Londres. Il multiplie alors les allers-retours à Neuchâtel, pour suivre la formation horlogère WOSTEP... jusqu’à un jour de 2001 où il ne prit qu’un aller simple, s’installant définitivement en terres helvètes pour créer, avec Robert Greubel, Complitime : installée à la Chaux-de-Fonds, la société produit des mouvements à complications pour de grandes marques.
 
Pour autant, en 2004, les deux associés quittent leurs fonctions et déposent officiellement leur propre marque, Greubel Forsey. « D’emblée, j’ai été assez ahuri par leur business model », se souvient Laurent Picciotto. « L’aspect commercial était la dernière de leurs préoccupations ; ils s’engageaient dans une entreprise d’une complexité hors norme pour aboutir à la production d’un nombre de pièces si minime...De la folie ! ». Dès l’ouverture de BaselWorld de la même année, la marque frappe les esprits par sa technicité : sa toute première pièce n’est autre qu’un double tourbillon à 30°. L’ADN de la marque est déjà visible : un cœur de métier centré sur le tourbillon, ainsi qu’un degré de finition, entièrement à la main, qui relève des plus hauts standards de la haute horlogerie. Stephen Forsey précisera d’ailleurs plus tard qu’une pièce comme la Tourbillon 24 secondes requiert 350 heures de travail pour sa simple finition...
 
Harry Winston repère rapidement le potentiel de la marque et lui confie dès 2006 la réalisation de son Opus 6. Dès lors, Greubel Forsey continuera de repousser les limites de la haute horlogerie, dans une quête sans renouvelée pour la précision, en présentant notamment des pièces hors norme comme le Tourbillon 24 Secondes Incliné et le Quadruple Tourbillon à Différentiel. Une marque si atypique ne pouvait que se faire une place de choix dans les collections de Chronopassion : « Au fil du temps, Greubel Forsey a su imposer des pièces qui sont finalement apparues évidentes à tout le monde. Stephen et Robert sont véritablement dans une quête, ils sont possédés !
 
Leur fascination pour la mécanique est communicative, il y a un côté ‘recherche fondamentale’ dans leurs pièces. Au final, on n’est jamais certain de totalement comprendre une Greubel Forsey. C’est d’ailleurs tout ce qui en fait toute la magie... ». 
 
Journaliste : Olivier Müller
Lire la suite

REOUVERTURE LE 21 AOUT

fermer