hublot - Hublot Aerofusion Phases de la lune calendrier
hublot - Hublot Aerofusion Phases de la lune calendrier

Hublot Aerofusion Phases de la lune calendrier

hublot | 15'900 € TTC

En réassort Contactez nous
L'avis de laurent

Voir les autres vues

LA MERVEILLE MÉCANIQUE RÉVÉLÉE

Il n'y a rien de plus fascinant que d'admirer le battement du mouvement d'une montre squelette.
 
Ce type de montre fut inventé au 18ème siècle, le siècle des Lumières, pour permettre aux amateurs de comprendre le fonctionnement du mouvement.
S'il n'existe pas de définition ou de critère précis de la montre squelette, il est généralement entendu qu'il s'agit d'une montre dont le mécanisme interne du mouvement ou l'ensemble roues, barillet et échappement sont visibles à travers un cadran et un mouvement ajourés dont seules les pièces essentielles ont été conservées ; le porteur de la montre peut ainsi admirer à loisir son fonctionnement.
 
L'horlogerie moderne distingue deux types de montres squelettes. La première, la plus traditionnelle, est la montre à mouvement « squeletté » ou « ajouré », dont les pièces qui ne sont pas essentielles ont été retirées à la main, y compris des portions de la platine principale, des ponts et de tout autre composant fixe. Ce qu'il reste du mouvement, le squelette, est ensuite décoré, le plus souvent par des motifs gravés. Cette technique donne naissance à des mouvements squelettés à l'élégance classique, mais les possibilités sont limitées puisque l'on part d'un mouvement standard.
 
La manufacture Hublot adopte une approche plus moderne pour réaliser ses montres squelettes : les mouvements sont conçus et fabriqués dès le départ pour dévoiler autant de composants mobiles que possible, tout en conservant un code esthétique unique.
Inspirées de l'architecture moderne, les montres squelettes de Hublot vont de l'ultra plate aux calibres indiquant uniquement l'heure en passant par les mouvements à grande complication. Les finitions et traitements de surface offrant des possibilités infinies, avec la possibilité de sertir des diamants et des éléments en verre sur le mouvement, l'art des montres squelettes est un domaine dans lequel Hublot peut assouvir à loisir sa soif d'innovation.
 
 

 À PROPOS DE HUBLOT

C’est une montre qui a révolutionné l’horlogerie, attiré la réplique de tous les fabricants de montres qui ont tenté de suivre Jean-Claude Biver à travers son chemin au sein de l’horlogerie contemporaine. Sans succès. Hublot a fait de la montre moderne un cas d’école. Big Bang est à la fois le nom de sa collection phare, la plus connue dans le monde, et le nom de sa méthode. La Big Bang est un séisme qui a remis en cause le modèle de l’horlogerie de luxe, suivi d’une réplique instantanée dans l’univers des montres de luxe suisse. Le big bang initié par Jean-Claude Biver pour la montre Hublot n’a pourtant toujours pas d’équivalent dans le monde de l’horlogerie suisse.

 

  • LES INGRÉDIENTS DU SUCCÈS

Au commencement de ce big bang de la montre Hublot, Jean-Claude Biver qui en présidait la destinée a revu certains fondamentaux du luxe. La montre suisse de luxe n’est pas un objet inerte prisonnier de sa tradition. Pour chaque montre, il est possible de revoir son modèle économique, son modèle de développement, en retravaillant son bracelet, son cadran, ses matières (comme le caoutchouc) et en opérant une fusion de ces éléments. Les montres devaient évoluer et Hublot a su le faire. Le cadran s’est rendu disponible en une multitude de couleurs, le bracelet a remis le caoutchouc à la mode, le mouvement d’horlogerie suisse s’est découvert au travers d’un cadran squelette. Jean-Claude Biver a répliqué sa recette sur différentes montres Hublot, les Big Bang ou Classic Fusion.

En parallèle, Hublot, toujours sous l’impulsion de Jean-Claude Biver, a développé pour ses montres des matériaux propres à Hublot, comme le King Gold ou le Magic Gold. Cette nouvelle approche du luxe a privé ses concurrents de réplique. Le big bang Hublot a laminé la route devant et derrière lui, replaçant la montre suisse de luxe dans une perspective nouvelle. King Gold et Magic Gold sont aujourd’hui disponibles pour bon nombre de chaque collection disponible de montres.

 

  • BIG BANG & CLASSIC FUSION : LES DEUX PILIERS HUBLOT

Hublot a opéré une rupture radicale dans la montre d’horlogerie suisse de luxe avec la Big Bang. Cette montre a placé le caoutchouc en premier choix pour ses bracelets, alors que par le passé le caoutchouc était l’apanage d’une réplique peu amène pour ce bracelet considéré comme un accessoire. Le « king » de l’horlogerie, Jean-Claude Biver, a fait de chaque modèle de bracelet disponible un must qui n’a pas su trouver de réplique. Le cadran s’est quant à lui ouvert, rendant disponible la vue sur le mouvement maison propre à Hublot, le mouvement suisse Unico.

Il en est allé de même pour la Classic Fusion, une pièce qui a renouvelé le monde des montres de facture suisse traditionnelle. Le bracelet est souvent en caoutchouc, le cadran est rond et le luxe se veut moderne, avec un niveau de prix souvent plus accessible que le prix d’une Big Bang, a fortiori si celle-ci est réalisée en Magic Golc ou King Gold, ces deux alliages propres à Hublot que Jean-Claude Biver a souhaité pour rendre ses montres résistantes au assauts du monde extérieur, sans que la concurrence ne puisse lui donner la réplique exacte avec des alliages du même type. C’est ainsi que la collection de montres Hublot Classic Fusion a modifié le modèle de l’horlogerie suisse de luxe, offrant une variété disponible de chaque cadran, bracelet, mouvement modernes et dynamiques.

 

  • HUBLOT, OU LE LUXE SUISSE CONNECTÉ

Plus récemment, Hublot s’est lancé dans la montre connectée de facture suisse, grâce à son partenariat avec TAG Heuer – Hublot et TAG Heuer appartenant au même pôle d’horlogerie de luxe. La Hublot Big Bang Referee 2018 Fifa World Cup Russia est une montre connectée qui, là encore, ne connait aucune réplique en Suisse ou ailleurs, avec cadran tactile et bracelet caoutchouc, disponible uniquement pour la 2018 Fifa World Cup Russia. Cette montre connectée de luxe est pour le moment unique dans le monde des montres connectées mais le partenariat avec TAG Heuer est toujours actif et nul doute que Jean-Claude Biver n’ait pas pensé à une éventuelle suite pour Hublot – un possible big bang connecté suisse reste possible au prix de nombreux développements technologiques, probablement toujours avec TAG Heuer.

Spécifications techniques

BOÎTIER EXTERNE

RÉFÉRENCE
 517.NX.0170.LR
TAILLE DU BOÎTIER 
45 mm
BOITIER
 Titane poli et satiné
LUNETTE
 Titane satiné vertical avec 6 vis en titane en forme de H
BOÎTIER INTERNE
SAPHIR
 Saphir avec traitement anti-reflets
CADRAN & AIGUILLES
 Cadran en saphir
Appliques et aiguilles rhodiées et polies
BRACELET ET FERMOIR
BRACELET 
Bracelets en caoutchouc noir et cuir d'alligator noir 
BOUCLE 
Boucle déployante en acier fin
ROUAGES INTERNES

MOUVEMENT 
HUB1131
Mouvement à remontage automatique avec phases de lune
Affichage calendaire du jour et du mois à 12 heures, date indiquée par une aiguille dans le compteur à 6 heures, phases de lune squelettées dans le compteur à 6 heures 
RÉSERVE DE MARCHE
 42 heures
 

Who's who

« Je connaissais Jean-Claude depuis 20 ans. Lorsqu’il a repris Hublot, je lui ai proposé d’ouvrir une boutique dédiée à Paris. Il est venu voir les locaux. Nous avons discuté à peine 45 minutes et l’affaire était entendue ». La relation entre Chronopassion et Hublot est ainsi faite de confiance mutuelle, de spontanéité et de convictions sur les projets les plus porteurs. « Il n’y a pas lieu de discuter ce qui est entendu », disait Lauren Adams. Voilà qui s’applique sans conditions aux personnalités de Jean-Claude Biver, ex CEO de Hublot, et de Laurent Picciotto, fondateur de Chronopassion. Car, avant d’être une histoire de marque et de produits, Hublot et Chronopassion, c’est avant tout une histoire d’hommes. Lorsqu’en 1980, Carlo Crocco créa la montre Hublot avec une boîte en or et un bracelet en caoutchouc, c’était la première fois dans l’horlogerie qu’une matière précieuse, l’or, était associée à du caoutchouc. Dans le milieu des années 90, le caoutchouc devient prisé des grandes marques horlogères, prouvant la validité du parti pris de Hublot. Pour la marque, le caoutchouc n’est pas un phénomène de mode mais représente sa philosophie, sa marque de fabrique. Après 15 ans à la tête de Hublot, Carlo Crocco, pris par ses multiples activités pour sa Fondation MDM, se met à la recherche de l’homme qui pourrait prendre la barre de sa maison horlogère et rencontre alors Jean-Claude Biver, qui venait de quitter Blancpain. En mai 2004, et jusqu’en 2012, il redressera puis dirigera Hublot. « Nous routes se sont notamment croisées en 2006 », se souvient Laurent Picciotto. « Jean-Claude avait déjà fait une forte actualisation de la marque, avec la mise à niveau des lignes comme la Big Bang, la Classic Fusion ou encore la King Power. C’était le début de la renaissance de Hublot. Il m’a dessiné des plans, des croquis, des rébus, tracé une feuille de route. Lorsqu’il a quitté son poste de CEO en 2012, non seulement j’ai compris qu’il avait eu en tête, dès le début, la totalité de sa feuille de route, mais qu’en plus il l’avait réalisée, et en avance sur son timing ». Parmi les étapes importantes de la marque, le rachat de BNB Concept s’est avéré fondamental. La société était en effet depuis 2004 le sous-traitant de Hublot pour la réalisation des ses montres à complications, notamment les tourbillons. Lorsque BNB s’est trouvée dans une mauvaise passe financière, Hublot s’en est porté acquéreur. Automatiquement, la marque est devenue « manufacture ». Elle a ainsi pu proposer des modèles relevant de la haute horlogerie, notamment de multiples tourbillons voire des Répétitions Minute ou des réalisation plus atypiques comme la Key of Time. Ensemble, les deux hommes vont construire non pas une relation commerciale, mais un partenariat. Laurent Picciotto et Jean-Claude Biver vont créer plusieurs séries personnalisées et s’employer à construire les fondements de ce qui deviendra Hublotista, la communauté des possesseurs de Hublot. Dans tous les cas, la passion reste leur moteur et l’instinct, leur critère de choix.
 
Journaliste : Olivier Müller
Lire la suite