HYT - HYT DRACULA
Luc Virginius / Chronopassion
HYT - HYT DRACULA

HYT DRACULA

HYT
Voir le prix
59'000 €

Disponible Contactez nous
L'avis de laurent

Le bal des vampires

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

HYT DRACULA

Inspiré par l'inoubliable vampire, légende du XIXème siècle, la H1 Dracula DLC transcende la technologie immortelle, tout en offrant un parallèle élégant avec le comte le plus connu de la littérature.
 
Édition limitée à 50 pièces, dans laquelle le fluide rouge des heures se prolonge dans les veines du bracelet en alligator noir.  
 
H1 Dracula DLC -
 
Ref: 148-DL-21-RF-RU;
 

Spécifications techniques

Boîte  : titane en DLC noir avec finitions brossées, microbillées et satinées

 

diamètre : 48,8 mm

hauteur : 17,9 mm

couronne vissée gainée de caoutchouc rouge

protège-ˇ‐couronne

cornes rapportées vissées

dôme métallique en DLC noir à 6h50

glace saphir bombée avec traitement antireflet côté cadran

fond saphir vissé

étanche : 100 mètres.

Fonctions  : heures fluidiques rouges rétrogrades; minutes, secondes

Mouvement  : mécanique à remontage manuel, calibre exclusif HYT

28 800 alt/h, 4 Hz, 35 rubis

ponts anglés à la main et décorés

Côtes de Genève,

soufflets rhodiés

65 heures de réserve de marche

Cadran  : déstructuré, heures indiquées par un fluide

cadran noir,

index rouges et blancs, chiffres noirs, aiguille des minutes blanche

aiguille et index des heures luminescents

régulateur à 12h50 roue de petite seconde à 9h50

indicateur de la réserve de marche à 2h50

Bracelet  : caoutchouc noir et alligator noir, coutures rouges, boucleà ardillon en titane DLC noir

Réf.  :

148‐DL-‐21-GF‐RU

série limitée de 50 pièces

Who's who

Ils sont tous les deux aussi turbulents, imprévisibles, et ne sont jamais plus à l'aise que lorsque toute l'industrie doute de leurs choix. Au final, ce qui rassemble Vincent Perriard et Laurent Picciotto, c'est peut-être leur insatiable curiosité, celle d'aller là où personne ne pense à aller. Pas par simple goût de la provocation, mais par la volonté de rafraîchir en permanence l'état de l'art horloger.
S'il est toujours préférable de jauger une marque sur la distance plutôt que sur un ‘one shot’, on peut toutefois mesurer la puissance de son ambition par sa première pièce. Chez HYT, Vincent Perriard s'est dit que la mécanique horlogère, c'est bien, mais que la mécanique des fluides, c'est mieux. Et si l'on indiquait l'heure avec un liquide ? 
"Dès le début, lorsque Vincent est venu me voir avec cette idée un peu folle, j'ai trouvé l'approche très ingénieuse", se souvient Laurent Picciotto. "Mais d'emblée, je l'ai mis en garde contre le pur exercice de style, sans lendemain, et le véritable exercice horloger qui, seul, lui assurerait la considération de ses pairs". 
Traduction concrète pour le co-fondateur de cette marque en devenir : développer une véritable mécanique horlogère, un véritable mouvement maison qui donne toute sa légitimité à l'indication fluidique de l'heure. 
"J'avoue avoir effectivement conservé une certaine réserve jusqu'à ce que je puisse enfin voir le mouvement qui allait supporter l'idée", concède Laurent Picciotto. Et là, le doute s'est levé : une mécanique totalement inédite, une vision côté pile qui affiche deux incroyables pistons et dévoile côté face une architecture horlogère traditionnelle. 
De quoi rassurer l'amateur éclairé ? Assurément. Le détaillant regarde pourtant plus loin : "J'ai aussi considéré les équipes, leur passif. J'ai vu chez HYT des gens qui venaient du secteur médical, des chercheurs, des équipes sérieuses qui avaient la volonté de bien faire", renchérit Laurent Picciotto. "Je suis confiant sur leur façon de voir les choses. Il y a des moyens et de la méthode". 
Fin 2012, les premières HYT ont évidemment élu domicile chez Chronopassion, probablement pour une très courte durée au regard d'une demande qui excède déjà très largement l'offre. Pour autant, voilà une marque que l'on reverra souvent : "HYT va trouver son rythme de croisière et s'imposer durablement. C'est également une marque qui va probablement inspirer bien d'autres indépendants", conclut Laurent Picciotto. 
 
Journaliste : Olivier Müller
Lire la suite

REOUVERTURE LE 21 AOUT

fermer