MB&F - Legacy Machine Split escapement
MB&F - Legacy Machine Split escapement

Legacy Machine Split escapement

MB&F | 88'000 € TTC

Disponible Contactez nous
L'avis de laurent

Voir les autres vues

Legacy Machine Split escapement

Une montre, un mouvement, un cadran, deux ponts, un balancier mais trois cadrans : la nouvelle Legacy Machine Split Escapement fait toujours de l’échappement libre sa signature esthétique mais multiplie les fonctions, chacune associée à son propre cadran.

 

  • UNE SIGNATURE UNIQUE DE L'HORLOGERIE CONTEMPORAINE

Ainsi, la nouvelle Legacy Machine Split Escapement voit son échappement scindé en deux, d’où son nom, « split », avec uniquement le balancier et son axe visibles côté cadran, tandis que le reste de l’échappement est basculé côté fond. Comme la plupart des « machines » signées MB&F, cette Legacy Machine Split Escapement offre donc une architecture unique en haute horlogerie, un pont entre tradition et modernité que symbolisent les deux ponts bercés qui soutiennent le balancier et son axe.

Sa roue flotte librement dans l’air, sur son axe, à fleur de verre saphir, une prouesse atteinte au prix de développements techniques exigeants propres à MB&F. Totalement indépendante, la marque ne produit que des séries limitées, représentant le prix à payer pour conserver sa complète liberté créative.

 

  • DANS LE SILLAGE DE BREGUET

La montre Legacy Machine Split Escapement prend ainsi la suite d’autres créations fortes de MB&F, notamment son Perpetual Calendar (calendrier perpétuel). Cette montre d’exception, la Perpetual Calendar, est probablement la plus technique de MB&F et a remporté de nombreux prix, tandis que la Legacy Machine Split Escapement offre une toute autre lecture de la haute horlogerie, une « machine » qui réinvente au XXIe siècle l’horlogerie contemporaine, comme si Maximilian Busser et ses « Friends » (MB&F) s’étaient téléportés au XIXe siècle où à celui, antérieur, de Breguet.

 

 

  • UN MOUVEMENT À (PRESQUE) TOUCHER DU DOIGT

Le mouvement de la Legacy Machine Split Escapement n’a pas la complexité du Pepetual Calendar (calendrier perpétuel) de la marque mais cette collection n’offre pas moins de trois indications ayant chacune leur cadran : heures, minutes et secondes, suivies de la réserve de marche puis de la date. Ce cadran tripartite de la Legacy Machine Split Escapement est coiffé par l’échappement libre du mouvement, affleurant sur son axe à la surface du verre saphir bombé. C’est ainsi que l’on peut presque toucher du doigt le balancier volant de la montre, sentir son mouvement de balancier presque s’échapper du verre saphir.

 

  • UN GRENAGE RARE EN HORLOGERIEL

Le cadran de la montre Legacy Machine Split Escapement offre un grenage unique de surface qui donne à ses tons dorés un reflet rare en horlogerie, un contraste parfait pour ses cadrans qui affichent l’heure, la date et la réserve de marche. A leur sommet, le balancier, sur son axe, coiffe l’ensemble, son échappement dissocié du reste du mouvement, notamment de l’ancre et de la roue d’ancre, venant réguler la source d’énergie du mouvement pour offrir jusqu’à 72 heures de réserve de marche.

Tenu par deux ponts bercés au prix d’une finition manuelle datant du XIXe siècle, ce balancier volant donne au mouvement de la montre Legacy Machine Split Escapement une profondeur hypnotique qui vient se refléter dans le grenage de surface appliqué au cadran doré. Le boitier de la montre marque un ultime contraste, privilégiant pour sa part l’or blanc.

On retrouve pour finir ce contraste au dos du mouvement de la montre, visible par un verre saphir. La finition du XIXe siècle n’ayant pas de prix, elle est ici réalisée à la main. Les cotes de Genève longent la platine où l’on découvre également le barillet (source d’énergie de la montre) qui délivre ses 72h de réserve de marche indiquées côté cadran. Tous les angles de la montre Legacy Machine Split Escapement sont polis, les roues recevant aussi leur propre finition satinée en surface. Le boitier voit quant à lui sa surface entièrement polie, offrant à l’or blanc un contraste saisissant avec le grenage de couleur or du cadran.

Spécifications techniques

4 éditions de lancement de 18 pièces chacune en or blanc avec cadran grainé en bleu, ruthénium, or rose ou or jaune.

 

BOITIER
- Éditions de lancement en or blanc 18 carats
- Dimensions : 44 mm x 17,5 mm
- Poussoir situé à proximité du cadran de la date pour un ajustement rapide de la date.
- Nombre de composants : 49
- Etanchéité : 30 m / 90' / 3 ATM
- Verres saphir : face & fond avec traitement antireflet sur les 2 faces
 
 
MOUVEMENT
- Développé pour MB&F par Stephen McDonnell.
- Echappement séparé : la roue de balancier est suspendue au-dessus du cadran, tandis que l’ancre et la roue d’échappement se situent sous le mouvement.
- Remontage manuel avec double barillet.
- Roue de balancier de 14 mm de diamètre réalisée sur mesure,
- vis de réglage traditionnelles visibles au sommet du mouvement
- Réserve de marche : 72 heures
- Fréquence : 18’000 A/h / 2,5 Hz
- Nombre de composants : 314
- Nombre de rubis : 35
 
 
FINITIONS
- Finitions à la main exceptionnelles dans le style du XIXe siècle
- Angles rentrants pour rehausser le travail,
- Angles polis
- Côtes de Genève
- Grenage et gravures fait-main.
 
 
FONCTIONS 
- Heures & minutes
- Date
- indicateur de réserve de marche
 
 
BRACELET & BOUCLE 
- Cuir d’alligator cousu main noir ou brun
- Boucle déployante en or blanc.

Who's who

MB&F – GENÈSE D’UN LABORATOIRE CONCEPTUEL

En 2015, MB&F a célébré ses dix années d’existence, une décennie extraordinaire pour le premier laboratoire conceptuel horloger au monde : 10 années de créativité intensive, 11 calibres extraordinaires pour animer des Horological Machines et Legacy Machines applaudies par la critique, sources de la renommée de MB&F.

 

Après 15 années de management au sein de marques prestigieuses, Maximilian Büsser a quitté son poste de Directeur général chez Harry Winston pour créer MB&F — Maximilian Büsser & Friends. MB&F est un laboratoire d’art et de micromécanique voué à la conception et à la fabrication en petites séries de montres radicales, fruits d’une collaboration entre de brillants professionnels de l’horlogerie dont Maximilian Büsser apprécie le talent et la manière de travailler.

En 2007, MB&F a dévoilé la HM1, sa première Horological Machine. Avec son boîtier sculptural en trois dimensions et son mouvement merveilleusement décoré, la HM1 a donné le ton des Horological Machines qui ont suivi : HM2, HM3, HM4, HM5, HM6, HM7, HM8 et HMX — des Machines qui symbolisent le temps plutôt que des Machines qui donnent l’heure.

En 2011, MB&F a lancé la collection des rondes Legacy Machines. Ces pièces plus classiques — classiques pour MB&F — rendent hommage à l’excellence horlogère du XIXe siècle, en réinterprétant des complications de grands horlogers novateurs sous la forme d’objets d’art contemporains. Les LM1 et LM2 ont été suivies par la LM101, la première Machine MB&F équipée d’un mouvement entièrement développé à l’interne. En 2015, c’est au tour de la Legacy Machine Perpetual munie d’un calendrier perpétuel complètement intégré. A ce jour, MB&F alterne entre Horological Machines résolument anticonformistes et Legacy Machines inspirées par l’histoire.

A côté des Horological et Legacy Machines, MB&F a créé des boîtes à musique spatiales (MusicMachine 1, 2 et 3) en collaboration avec Reuge, Manufacture de musique mécanique et Maison de Luxe; ainsi que des horloges de table avec L’Epée 1839 : une horloge à l’apparence d’une plateforme spatiale (Starfleet Machine), une araignée (Arachnophobia) ainsi que trois horloges-robot (Melchior, Sherman et Balthazar). En 2016, MB&F et Caran d’Ache ont créé un stylo mécanique en forme de fusée appelé Astrograph.

L’aventure MB&F a été marquée par de prestigieuses récompenses, représentatives de la nature novatrice de la marque. MB&F s’est vu attribuée quatre Grand Prix, titres du renommé Grand Prix d'Horlogerie de Genève : en 2016 la Legacy Machine Perpetual a été lauréate de la montre calendrier, en 2012 la Legacy Machine n°1 a été doublement récompensée par des passionnés d’horlogerie avec le Prix du Public ainsi que par un jury professionnel avec le Prix de la montre Homme et, en 2010, HM4 Thunderbolt  remporte le Prix de la montre design. Last but not least, la HM6 Space Pirate a été récompensée en 2015 par un « Red Dot : Best of the Best » — prix phare de la compétition internationale des Red Dot Awards.

Lire la suite