Ressence - Ressence Type 1
Luc Virginius / Chronopassion
Ressence - Ressence Type 1

Ressence Type 1

Ressence
Voir le prix
17'500 €

Disponible Contactez nous
L'avis de laurent

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

The Ressence Type 1: La montre galet.

La TYPE 1 de Ressence dispose d'un affichage du temps en forme de dôme, remplaçant les aiguilles traditionnelles par des disques convexes. De plus son boîtier en titane sans couronne et ses cornes de forme organique donnent à la montre l’impression être sculptée par la nature. La TYPE 1 à remontage automatique indique les heures, les minutes, les secondes et les jours de la semaine.

À première vue, la TYPE 1 de Ressence à l’air une montre classique, même si l'indication du temps semble être affichée pour une ergonomie de lecture améliorée. C’est la lecture augmentée du temps qui donne un premier indice que la TYPE 1 n’est pas si classique quelle ni paraît, pas du tout même.

Tout sur la TYPE 1 est extraordinaire. Il n'y a pas d’aiguilles, ni de couronne, rien n'est plat et rien n'est comme il paraît à première vue.

Avec ses courbes fluides, la TYPE 1 semble plutôt plus proche d’une créature que d’un produit mécanique conçu par des ingénieurs dans un atelier d’horlogerie. Le cadrant de la TYPE 1 est en constante évolution, tel le visage d’un être humain changeant au gré des émotions et du temps.

Ce qui semble à première vue être "des aiguilles" sont des représentations graphiques d’aiguilles gravées dans des disques.  Afin d’afficher le temps, les disques imbriqués les uns dans les autres de façon affleurante s’animent tel un ballet de planètes en orbite. 

Une représentation poétique du temps

Avec ses aiguilles traditionnels remplacées par des disques, la TYPE 1 offre une représentation abstraite et poétique du temps. Tous les éléments graphiques sont affleurants et dans un plan convexe ne se chevauchant jamais. Des aiguilles traditionnelles montées en couches superposées émanent d’une évidence mécanique sous-jacente. Le fondateur de Ressence, Benoît Mintiens, un designer industriel, a choisit de mettre l’accent sur l'expérience de graphique de lecture plutôt que d’exhiber la mécanique nécessaire pour créer l’animation.

La TYPE 1 de Ressence fournit une preuve supplémentaire de l'adage de Léonard de Vinci que "La simplicité est l’ultime sophistication."

 

 

Spécifications techniques

FONCTIONS: 
Breveté heures sans-chevauchement, minutes, secondes et jour des indications de semaine. 
Surface tournante simples disques remplacement les aiguilles  traditionnelles. 
Remontage et réglage par la lunette de fond 
INDICATIONS: 
Ligne et d'affichage des disques convexes Rayon de surface convexe: 125mm 
Boite :
Glace saphir et titane grade 5 
Boite et cornes usinées à partir d'un bloc de titane 
DIMENSIONS: 
42mm de diamètre x 13 mm au point le plus élevé dans le centre 
VERRE :verre en forme de dôme de saphir supérieure et inférieure avec un revêtement anti-reflet sur les deux côtés. 
MOUVEMENT: 
Système breveté inventé et développé par Ressence. 
Mouvement mécanique à remontage automatique 
Réserve de marche: 38 heures 
Fréquence du balancier: 4 Hz / 28 800 SPV 
Nombre de composants: Total: 208 composants; le module seul: 107 composants. 
POIDS:  75 grammes. 

Who's who

Il n'est ni horloger, ni suisse. Il est designer et belge. Est-ce cela qui a séduit Laurent Picciotto chez Benoît Mintiens, fondateur de Ressence ? Oui...et non. "Bien sûr, dans le landernau, ce n'est pas le profil le plus commun", concède l'homme de Chronopassion, qui précise aussitôt avoir davantage été attiré par le mode de lecture de l'heure : un ensemble de disques rotatifs, sans aiguilles, à fleur de cadran et en mouvement continu. Ressence, contraction de Renaissance de l'Essentiel, va effectivement à l'essentiel. La montre repose sur une base de mouvement éprouvée tout en offrant une rupture ludique et originale dans la manière de lire l'heure. Oubliez les codes graphiques habituels qui font état d'un ostentatoire "Swiss made", "série limitée" ou autre massif logo de marque venant barrer le cadran : rien de tout cela chez Ressence - pas même le nom de la marque, recalé sur le fond de boîte ! Tout est épuré, sobre et laisse place à l'essence même de l'objet : la lecture du temps. Conquis dès les premières minutes, Laurent Picciotto ? Oui, mais en gardant une certaine retenue : "Il y a beaucoup de marques que l'on croise à Bale une année et que l'on ne revoit plus la suivante. J'ai pris la première création de Ressence pour tester son approche, puis ai attendu la v2. Là, j'ai vu une marque sérieuse, qui avait de la suite dans les idées et une grande capacité d'écoute". Aujourd'hui, Ressence fait partie de l'implantation naturelle de l'enseigne de la rue Saint Honoré. La clientèle est fidèle au rendez-vous, mais Laurent Picciotto refuse de mettre dans une catégorie précise le client type d'une Ressence : "il y a beaucoup de profils différents. Globalement, il s'agit plutôt de personnes ayant déjà derrière elles un certain parcours horloger et qui recherchent un garde-temps atypique, une pièce alternative à une collection déjà bien affirmée". Mais d'ajouter sans détours : "Pour autant, il m'est déjà arrivé de voir des mamans qui voulaient en faire cadeau à leurs enfants !". Après cette première collaboration sous le signe du succès, naturellement, spontanément, presque irrémédiablement, Laurent Picciotto regarde vers l'avenir. Lorsqu'on lui demande s'il a un quelconque aperçu de l'avenir de la marque, il laisse se dessiner un sourire qui ne laisse pas place au doute. Y'a-t-il un mot, un seul, qui pourrait alors guider l'amateur vers une éventuelle direction ? Oui, un seul, glisse l'intéressé : "Dévastateur". On n'en saura guère plus. Pour le moment. Qu'on se le dise, le vent nouveau de l'horlogerie pourrait bien souffler de Belgique.

Journaliste : Olivier Müller

Lire la suite

REOUVERTURE LE 21 AOUT

fermer