richard mille - RM 022 “Aérodyne”
Luc Virginius / Chronopassion
richard mille - RM 022 “Aérodyne”

RM 022 “Aérodyne”

richard mille

Epuisé Contactez nous
L'avis de laurent

A racing machine on the wrist

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

RM 022 “Aérodyne”

Comme la RM 021, la RM 022 exprime les concepts d’air, d’espace et de vitesse supersonique dont s’inspire la marque depuis 2001. Mais ce tourbillon a une autre particularité. La RM 022 est en effet la première montre à combiner un deuxième fuseau horaire avec une structure externe en titane associée à de l’aluminure de titane orthorhombique alvéolée et à des nanofibres de carbone, appliquée pour la première fois sur la RM 021.

 
PLATINE EN TITANE & ALUMINURE DE TITANE ORTHORHOMBIQUE ALVEOLEE AVEC
AME EN NANOFIBRES DE CARBONE
 
L’aluminure de titane orthorhombique est un nouveau type d’alliage, dérivé des aluminures de titane
courants, qui possèdent une structure moléculaire cristalline spécifique classée dans la phase
orthorhombique du Ti2AlNb.
 
Son emploi dans un motif géométrique alvéolé en forme de nid d’abeille a été étudié à l’origine par la NASA qui l’utilise comme un matériau essentiel dans la fabrication des ailes d’avions supersoniques pour lesquelles les propriétés thermiques et mécaniques sont primordiales.
 
Dans une structure alvéolée, cet alliage présente une rigidité incomparable, une faible expansion
thermique et une exceptionnelle résistance à la torsion.

Spécifications techniques

CALIBRE RM 022 
  • mouvement tourbillon à remontage manuel avec heures, minutes, deuxième fuseau horaire, réserve de marche, indicateur de couple et sélecteur de fonction.
  • Dimensions : longueur 48 mm x 39,70 mm (au plus large) x 13,85 mm (au plus épais).
RESERVE DE MARCHE
  • Environ 70 heures, affichées sur l’indicateur de réserve de marche situé entre 11 et 12 heures.
INDICATEUR DE COUPLE
  • Une échelle numérique entre 12 heures et 1 heure indique la tension du ressort-moteur et permetd’optimiser le fonctionnement du mouvement. En dessous de 53 dNmm, le ressort est trop détendu et, à l’inverse au-dessus de 65 dNmm, la tension excessive peut nuire à la marche du mécanisme , voire l’endommager.
INDICATION DU DEUXIEME FUSEAU HORAIRE
  • Cette fonction indique l’heure d’un deuxième fuseau horaire au moyen d’un disque transparent ensaphir. Ses chiffres deviennent visibles lorsqu’ils passent sur un fond clair à 3 heures. Le deuxième fuseau horaire est très simple à régler, à l’aide d’un poussoir situé à 9 heures.
BALANCIER A INERTIE VARIABLE
  • Le balancier à inertie variable garantit une plus grande fiabilité en cas de choc et lors du montage etdu démontage du mouvement. La précision s’en trouve améliorée à long terme.
 
BARILLET A ROTATION RAPIDE
  • (un tour en 6 heures au lieu de 7,5 heures)
  • Ce type de barillet présente les avantages suivants :
  • - Le phénomène récurrent d’adhérence interne du ressort-moteur est considérablement réduit, ce qui améliore la performance,
  • - Le ressort-moteur possède une excellente courbe delta, avec une réserve de marche au rapport idéal entre performance et régularité.
CLIQUET DE BARILLET A RECUL PROGRESSIF
  • Ce dispositif apporte un gain appréciable (environ 20 %) au remontage, surtout lorsque le ressort est peu armé. Il contribue également à une bonne répartition de la tension interne du ressort-moteur.
SELECTEUR DE FONCTION
  • Un poussoir situé au centre de la couronne permet de sélectionner d’une simple pression le remontage, la mise à l’heure ou la position neutre, comme sur le sélecteur de changement de vitesses d’une voiture. Une aiguille située entre 4 et 5 heures affiche le mode sélectionné :
  • W (winding, remontage) – N (neutre) – H (hands, mise à l’heure des aiguilles).
 

Who's who

Lorsqu'il évoque le nom "Richard Mille", Laurent Picciotto ne dit pas "je" et "il", mais "nous". En quatre lettres, tout est dit ou presque. Il ne s'agit pas pour Chronopassion d'une marque comme les autres, mais d'une histoire commune, celle de deux hommes se retrouvant initialement rue Saint Honoré "pour discuter deux heures par semaine, puis, cinq, dix, vingt, trente", avant de dévoiler, un an plus tard, la première RM001. Pourtant, il ne s'agit pas entre Laurent Picciotto et Richard Mille d'une amitié de 30 ans, de celle forgée sur les bancs d'une quelconque école. "Nous nous croisions à l'époque où Richard œuvrait chez Mauboussin, notamment pour les premiers tourbillons développés par la marque", se souvient le propriétaire de Chronopassion. Lorsque celui qui ne sait pas encore qu'il deviendra "RM" aux yeux du monde quitte cette enseigne pour lancer sa marque, il consulte Laurent Picciotto. Consulte, puis intègre à sa réflexion, pour finalement l'associer au montage de son entreprise. L'esprit de la marque est déjà dans les esprits : une pièce sans compromis, un design jamais vu, des matériaux hors normes, une technique d'assemblage inédite. Le cahier des charges établi, les deux hommes contactent Renaud & Papi pour le mettre en œuvre. Ce sera le troisième partenaire de RM, et encore aujourd'hui, près de 15 plus tard, l'artisan de ses collections. Le parti pris avant la présentation de la première pièce est sans détour : "Personne ne connaissait Richard, nous n'insistions pas plus que cela sur Renaud & Papi et nous n'avions aucune histoire à raconter. En d'autres termes, on nageait totalement à contre-courant", se souvient Laurent Picciotto. "On a fait un premier BaselWorld en 2000. On a posé la pièce sur la table et on a dit 'Voilà, c'est tout ce que l'on a à dire, c'est une RM001, et ça vaut 176.000 €'. Ca a marché". L'approche tarifaire a d'ailleurs fait débat dès le début. "Aujourd'hui, on peut dire que l'approche était la bonne. Mais il y a 12 ans, on a eu quelques sueurs froides. Richard et moi étions à 100% concentrés sur la pièce sans vraiment prêter attention à l'addition finale une fois la numéro 1 terminée. Quand nous sommes arrivés à plus de 170.000 euros, il y a eu un blanc, un silence entre nous, de ceux qui en disent plus longs que de grands discours. Nous nous sommes demandé un temps si nous n'avions pas dépassé les limites. Avant de revenir à la position qui nous avait animée depuis le début : une RM ne devait souffrir aucun compromis", analyse Laurent Picciotto. Cette approche radicale fut poussée très loin par Richard Mille. "Lorsqu'il croisait un client qui doutait de la résistance d'une RM, axe fort de sa conception dès le début, Richard ôtait la sienne et la jetait à terre. L'air de dire 'je vous l'ai dit, je vous le prouve' ", s'amuse aujourd'hui Laurent Picciotto. "C'est sûr, ça faisait son petit effet !". Rétrospectivement, la marque Richard Mille a dépassé les espérances de leurs concepteurs. Apparue alors que le marché ne proposait pas encore une nouvelle marque ou un revival tous les deux mois, elle a pris tout le monde de court. De nombreux indépendants se sont engagés dans la même voie par la suite : "Si Richard a réussi, je peux y arriver aussi", se disaient-ils. Une RM conserve toujours sa radicalité. Et Laurent Picciotto de conclure : "Il y a des signes qui ne trompent pas : on n'a jamais croisé un client prenant une RM en main et commençant son analyse par "ça me fait penser à une...”. Près de 15 ans après la RM001, les points de suspensions ne sont pas prêts d'être complétés". 
 
Journaliste : Olivier Müller (11/2012)
Lire la suite