richard mille - Richard Mille RM039-01
Luc Virginius / Chronopassion
richard mille - Richard Mille RM039-01

Richard Mille RM039-01

richard mille

Epuisé Contactez nous
L'avis de laurent

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

Richard Mille RM039-01

RM 39-01 AUTOMATIQUE AVIATION E6-B
 
L’aviation et l’aéronautique sont sources d’inspiration pour Richard Mille. Ainsi, des matériaux comme le titane, la nanofibre de carbone, l’aluminure de titane orthorhombique, l’ARCAP ou bien encore le carbure de tungstène ont été introduits au sein de la collection Richard Mille, quittant le monde aéronautique pour rejoindre celui de l’horlogerie. Les propriétés mécaniques et esthétiques de ces matériaux ont ainsi pu être démontrées par Richard Mille et leur utilisation légitimée dans l’univers de la Haute Horlogerie.
 
La RM 39-01 est la descendante directe de la RM 039 Aviation, un calibre tourbillon flyback ultra complexe rassemblant pas moins de 1000 composants. Le mouvement de la RM 39-01 est conçu comme un outil de navigation en vol. Cette montre très technique et extrêmement sophistiquée est une interprétation moderne d’un outil indispensable pour tout pilote confirmé : la règle de calcul E6-B, inventée aux États-Unis par le lieutenant Philippe Dalton dans les années 30.
La règle E6-B se compose d’une lunette fixe et d’une lunette tournante bidirectionnelle, toutes deux marquées de plusieurs indications complexes. Celle-ci permet de lire, de calculer la consommation de carburant, les temps de vols, la vitesse au sol, l’altitude densité, l’influence des vents et de convertir rapidement des unités de mesures (Naut/KM/Gallons/Liters/Feet/KG/LBS). Cette lunette, extrêmement complexe, a demandé de nombreux mois d’étude afin d’offrir un réglage aisé ainsi qu’une visibilité optimale de ces différents calculs et de leurs résultats.
 
La nouvelle RM 39-01 permet aux pilotes d’avoir un dispositif pratique et rapide lorsqu´ils doivent chronométrer successivement différentes durées dans diverses directions. Ils peuvent ainsi relever, sans perdre de temps, le top départ des signaux émis par les balises radio sans avoir recours à une multitude de manipulations. Ainsi, lors de la préparation en vol, la règle E6-B reste l’outil le plus précis pour déterminer la consommation de carburant nécessaire et l’altitude densité (essentielle pour le décollage et l’atterrissage). La règle E6-B ne nécessite aucune source d’alimentation et en fait un instrument extrêmement sûr en vol pour les pilotes, même de nos jours.
Le calibre automatique RMAC2 qui bat au coeur de la RM 39-01 dispose d’une fonction UTC, d’un décompteur, d’un chronographe flyback, d’une date surdimensionnée à 12 heures, de l’affichage du mois et d’un rotor à géométrie variable, soit près de 620 composants et 62 rubis pour une réserve de marche de 50 heures.
 
S’additionne à ce calibre un mécanisme spécifique de verrouillage des fonctions. Afin d’éviter toute
mise en fonction accidentelle du chronographe en vol, la maison Richard Mille a utilisé une couronne
bloquante condamnant par une simple rotation de la bague, les poussoirs et la couronne. Les index
verts et rouges indiquent si celle-ci est désactivée ou en fonction.
 
Ce nouveau calibre Richard Mille respecte tous les codes et exigences de la Haute Horlogerie, de par l’extrême attention apportée à chaque détail du mouvement et du boîtier quadripartite, remarquables pour leurs finitions exceptionnelles. La RM 39-01 Aviation E6-B est une combinaison parfaite entre horlogerie et aéronautique.
 

Spécifications techniques

SPECIFICATIONS TECHNIQUES DU CALIBRE AUTOMATIQUE CHRONOGRAPHE FLYBACK
RM 39-01 AVIATION E6-B
CALIBRE RMAC2 : mouvement à remontage automatique avec heures, minutes, secondes à 3 heures, grande date, mois, chronographe flyback avec compteur seconde au centre, compteur des minutes et décompteur à 9h, compteur des heures à 6 heures, affichage UTC et rotor à géométrie variable.
Diamètre : 50.00 mm x 16.80 mm.
 
CARACTERISTIQUES PRINCIPALES
RESERVE DE MARCHE
Environ 50 heures (±10%).
La durée effective de la réserve de marche dépendra du laps de temps pendant lequel le chronographe est utilisé.
PLATINE, PONTS ET COQ EN TITANE
Pour ces composants, l’utilisation du titane grade 5 et le revêtement PVD noir confèrent une grande rigidité et une excellente planéité aux surfaces, essentielles au fonctionnement parfait du train d’engrenage.
CHRONOGRAPHE FLYBACK
L’actionnement du poussoir, situé entre 4 et 5 heures, permet la remise à zéro de l’aiguille du chronographe sans qu’il soit nécessaire d’arrêter le mécanisme au préalable. Ce dispositif fut mis au point à l’origine pour les pilotes afin d’éviter toute perte de temps (et de précision) lors de l’arrêt, de la remise à zéro et du redémarrage du chronographe, au passage d’un point de navigation.
Lorsque la fonction chronographe est activée, l’heure et les minutes écoulées sont visibles via les compteurs placés respectivement à 6h et 9h, les secondes étant indiquées par l’aiguille centrale.
 
Fonctionnement :
L’utilisateur peut actionner ou arrêter le chronographe au moyen du poussoir situé entre 1 et 2 heures.
La fonction flyback peut être, à tout moment, remise à zéro à l’aide du poussoir situé entre 4 et 5 heures.
DECOMPTEUR
Placé à 9 heures, l’aiguille est remplacée par un disque squeletté gradué sur 60 minutes. Ce totaliseur permet de lire les minutes écoulées, mais aussi les minutes restantes.
FONCTION UTC
La RM 39-01 propose l’indication d’un second fuseau horaire via une aiguille remplie de superluminova. Le réglage s’effectue aisément grâce au poussoir situé à 8 heures.
AFFICHAGE SURDIMENSIONNE DE LA DATE
Semi-instantané, dans une ouverture horizontale entourée de rouge au-dessous de 12 heures et ajustement automatique pour les mois de 30 ou 31 jours.
AFFICHAGE DU MOIS
Semi-instantané, indiqué par un chiffre arabe, situé entre 4 et 5 heures.
BALANCIER A INERTIE VARIABLE
Innovation majeure, ce type de balancier garantit une plus grande fiabilité en cas de chocs et lors du montage et du démontage du mouvement. La précision s’en trouve améliorée à long terme.
L’index de la raquette est supprimé. Le réglage plus fin et répétable de l’inertie est rendu possible directement sur le balancier par 4 masselottes orientables.
ROTOR A GEOMETRIE VARIABLE
- Bras en titane grade 2
- Bordure en titane grade 5
- 6 positions de réglage par des vis en titane grade 5
- Ailettes en or blanc 18K à teneur élevée en palladium
- Segments en or gris
- Roulements à billes en céramique
- Unidirectionnel, avec remontage dans le sens contraire des aiguilles de la montre
Cette conception exclusive Richard Mille permet d’adapter le remontage automatique de la RM 39-01 au niveau d’activité de celui qui la porte.
Par l’ajustement de la position des ailettes, l’inertie du rotor peut être modifiée et le processus de remontage accéléré ou ralenti selon le rythme de vie. Ce concept exclusif permet ainsi d’optimiser le remontage du mouvement.
SYSTEME DE DOUBLE BARILLET
Il contribue à améliorer la stabilité du couple à long terme. Son nombre de tours étant plus élevé, la denture, les roulements et les pivots subissent moins de pressions et de frottements et les performances en sont améliorées.
VIS SPLINE EN TITANE GRADE 5 POUR LES PONTS
Par leur forme, ces vis offrent un meilleur contrôle du couple de serrage pendant l’assemblage.
Par ailleurs, elles résistent parfaitement aux opérations de montage ou de démontage et sont peu sujettes au vieillissement.
AUTRES CARACTERISTIQUES
- Diamètre du mouvement : 39.15 mm
- Epaisseur : 9.00 mm
- Nombre de rubis : 62
- Balancier : en Glucydur, à 4 bras, moment d’inertie 4,8 mg.cm2, angle de levée 53°
- Fréquence : 28 800 alternances par heure (4 Hz)
- Spiral : Elinvar
- Dispositif antichoc : Incabloc 908.22.211.100 (transparent)
- Pierres de la roue d’échappement : Rubifix (transparent)
- Tige de remontoir à 3 positions : remontage manuel, réglage de la date, mise à l’heure
BOITIER
Le boîtier dispose d’une construction unique en quatre parties. Ce dispositif est complété par l’intégration de cornes dans le système du boîtier. Le boîtier quadripartite de la RM 39-01 est très difficile à réaliser. Après 1h50 de tournage, 800 opérations de fraisage réparties sur plusieurs heures sont nécessaires.
L’usinage nécessite près de 11 heures d’opérations distinctes. Il est suivi d’un minutieux contrôle qualité d’une journée pour chaque boîtier. Les 3 poussoirs et leurs composants ainsi que la couronne bloquante de la RM 39-01 demandent 10 jours d’usinage, au cours desquels ont lieu également de nombreux tests d’étanchéité, de contrôle qualité, puis le brossage et le polissage à la main du boîtier. Ce sont autant d’étapes indispensables pour aboutir au niveau d’ergonomie propre aux montres Richard Mille. Pour faciliter la lecture de la densité-altitude, la RM 39-01 dispose d’un indicateur mobile à 8 heures intégré dans le pilier. Ce pilier possède en outre un bouton qui, d’une simple pression, élève l’indicateur hors de ce dernier. La lecture est ainsi plus précise.
 
LUNETTE BIDIRECTIONNELLE AVEC REGLE E6-B
La lunette de la RM 39-01 offre un très grand nombre d’informations présentes sur la règle E6-B :
Lunette tournante
Les décalques jaunes offrent une règle logarithmique (de 10 jusqu’à 99) et les unités de mesures, en vert, permettent de convertir les mesures utilisées en aéronautique. Il est ainsi possible de faire la correspondance entre les kilomètres (KM), les miles nautiques (NAUT.) et les miles terrestres (STAT.) ou encore de faire la correspondance entre les litres (Liters), le gallon US (US GAL) et le gallon impérial (IMP GAL). Il est aussi possible de convertir les mètres (Meters) en pieds (FT) et les
kilogrammes (KG) en livres (LBS) et inversement. Les indications en jaune inscrites sur l’extérieur à 3 heures permettent de sélectionner la température de l’air de -60°C à +50°C ; indispensable pour recalculer l’altitude réelle en vol en fonction de la température. Une échelle de l’altitude est disponible via une décalque verte sur l’extérieur de la lunette à 9 heures. Elle est exprimée en milliers de pieds, de 0 à 50. La même échelle est disponible sur l’extérieur (décalque orange) à 12 heures, mais cette fois-ci graduée de -10 à +45. Ces deux graduations sur l’extérieur de la lunette combinées à la règle de calcul permettent de recalculer la vitesse réelle en vol en fonction de la température de l’air et de l’altitude.
Lunette fixe
Une deuxième règle logarithmique (de 10 jusqu’à 99) permet de lire le résultat de la conversion des unités de mesure et possède une échelle horaire d’1h50 (rate 60) jusqu’à 9h50. Cette échelle permet de résoudre tout problème lié à la distance, à la vitesse et au temps. La combinaison des règles logarithmiques présentes sur la lunette fixe et sur la lunette tournante permettent de multiplier et même diviser des valeurs. Situé à 3 heures, la décalque jaune indique l’échelle en
milliers de pieds de 0 à 30 et celui en vert à 6 heures présente une échelle de température de l’air de -70°C à + 50 °C.
Enfin, la lunette fixe de la RM 39-01 propose l’indication de l’altitude en milliers de pieds (située à 8 heures). Sa lecture est facilitée par l’ajout d’un indicateur mobile inséré dans le pilier de la carrure. De la position de la lunette tournante par rapport à la lunette fixe dépendra le calcul souhaité. Cette lunette, extrêmement complexe, a demandé de nombreux mois d’étude afin d’offrir un réglage aisé ainsi qu’une visibilité optimale de ces différents calculs et de leurs résultats.
VIS SPLINE EN TITANE GRADE 5 POUR LE BOITIER
Ces vis permettent une meilleure maîtrise du couple de vissage. Peu sensibles aux manipulations lors des montages et des démontages, elles sont assurées d’un très bon vieillissement.
COURONNE BLOQUANTE
Pour éviter toute mise en fonction accidentelle de montre suite à une mauvaise manipulation, Richard Mille a développé une couronne bloquante qui condamne, par simple rotation de la bague, les poussoirs à 2 heures et 4 heures ainsi que la couronne. Les index vert et rouge indiquent respectivement si le mécanisme de blocage est en fonction ou désactivée.
Ce mécanisme innovant et complexe est une exclusivité Richard Mille.
REHAUT SUPERIEUR
En fibres de carbone et traitement noir, avec des index remplis d’un matériau luminescent homologué.
CADRAN
En saphir (0,40 mm d’épaisseur) traité antireflet (des 2 côtés), protégé par 8 brides en silicone insérées dans les rainures supérieure et inférieure du réhaut.
GLACE
- Côté lunette : en saphir (dureté 1 800 Vickers) traité antireflet (des 2 côtés)
- Epaisseur : 3.00 mm
- Fond du boîtier : en saphir traité antireflet (des 2 côtés)
- Epaisseur : 1.40 mm au centre et 2.07 mm à la périphérie
FINITIONS
MOUVEMENT
- Platine et ponts en titane grade 5, sablé humide, surfaces
supérieures satinées à la main, traités PVD
- Pivots brunis
- Moulures polies au diamant du côté pont
- Pignons avec piqûres
- Roues biseautées, sablées et rhodiées (avant taillage)
- Les corrections sont minimales afin de préserver la géométrie
des roues et leur performance
PIECES EN ACIER
- Surfaces microbillées au saphir et étirées à la main
- Vis et fentes biseautées et polies, pointes arrondies et polies

Who's who

Lorsqu'il évoque le nom "Richard Mille", Laurent Picciotto ne dit pas "je" et "il", mais "nous". En quatre lettres, tout est dit ou presque. Il ne s'agit pas pour Chronopassion d'une marque comme les autres, mais d'une histoire commune, celle de deux hommes se retrouvant initialement rue Saint Honoré "pour discuter deux heures par semaine, puis, cinq, dix, vingt, trente", avant de dévoiler, un an plus tard, la première RM001. Pourtant, il ne s'agit pas entre Laurent Picciotto et Richard Mille d'une amitié de 30 ans, de celle forgée sur les bancs d'une quelconque école. "Nous nous croisions à l'époque où Richard œuvrait chez Mauboussin, notamment pour les premiers tourbillons développés par la marque", se souvient le propriétaire de Chronopassion. Lorsque celui qui ne sait pas encore qu'il deviendra "RM" aux yeux du monde quitte cette enseigne pour lancer sa marque, il consulte Laurent Picciotto. Consulte, puis intègre à sa réflexion, pour finalement l'associer au montage de son entreprise. L'esprit de la marque est déjà dans les esprits : une pièce sans compromis, un design jamais vu, des matériaux hors normes, une technique d'assemblage inédite. Le cahier des charges établi, les deux hommes contactent Renaud & Papi pour le mettre en œuvre. Ce sera le troisième partenaire de RM, et encore aujourd'hui, près de 15 plus tard, l'artisan de ses collections. Le parti pris avant la présentation de la première pièce est sans détour : "Personne ne connaissait Richard, nous n'insistions pas plus que cela sur Renaud & Papi et nous n'avions aucune histoire à raconter. En d'autres termes, on nageait totalement à contre-courant", se souvient Laurent Picciotto. "On a fait un premier BaselWorld en 2000. On a posé la pièce sur la table et on a dit 'Voilà, c'est tout ce que l'on a à dire, c'est une RM001, et ça vaut 176.000 €'. Ca a marché". L'approche tarifaire a d'ailleurs fait débat dès le début. "Aujourd'hui, on peut dire que l'approche était la bonne. Mais il y a 12 ans, on a eu quelques sueurs froides. Richard et moi étions à 100% concentrés sur la pièce sans vraiment prêter attention à l'addition finale une fois la numéro 1 terminée. Quand nous sommes arrivés à plus de 170.000 euros, il y a eu un blanc, un silence entre nous, de ceux qui en disent plus longs que de grands discours. Nous nous sommes demandé un temps si nous n'avions pas dépassé les limites. Avant de revenir à la position qui nous avait animée depuis le début : une RM ne devait souffrir aucun compromis", analyse Laurent Picciotto. Cette approche radicale fut poussée très loin par Richard Mille. "Lorsqu'il croisait un client qui doutait de la résistance d'une RM, axe fort de sa conception dès le début, Richard ôtait la sienne et la jetait à terre. L'air de dire 'je vous l'ai dit, je vous le prouve' ", s'amuse aujourd'hui Laurent Picciotto. "C'est sûr, ça faisait son petit effet !". Rétrospectivement, la marque Richard Mille a dépassé les espérances de leurs concepteurs. Apparue alors que le marché ne proposait pas encore une nouvelle marque ou un revival tous les deux mois, elle a pris tout le monde de court. De nombreux indépendants se sont engagés dans la même voie par la suite : "Si Richard a réussi, je peux y arriver aussi", se disaient-ils. Une RM conserve toujours sa radicalité. Et Laurent Picciotto de conclure : "Il y a des signes qui ne trompent pas : on n'a jamais croisé un client prenant une RM en main et commençant son analyse par "ça me fait penser à une...”. Près de 15 ans après la RM001, les points de suspensions ne sont pas prêts d'être complétés". 
 
Journaliste : Olivier Müller
Lire la suite