STROM - memento mori
Luc Virginius / Chronopassion
STROM - memento mori

memento mori

STROM
Voir le prix
10'100 €

En réassort Contactez nous
L'avis de laurent

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

memento mori : Derrière cette apparence rebelle et gothique, une réelle substance

Memento Mori… Carpe Diem ! Premier modèle de la collection Agonium. Avant même d’être un garde-temps, Memento Mori se veut une expression des interrogations existentielles des hommes. Naissance, mort, vie, temps, renaissance. La création de Daniel Strom nous confronte à notre finitude et nous pousse à nous interroger sur nos propres vanités. Comme l’évoque si bien la célèbre danse macabre, avec sa représentation de la Mort qui danse en emportant de la même façon le riche et le pauvre, la vie n’est qu’un passage ; un seul et même destin nous attend.

Impossible alors d’arrêter le temps, de le tromper, d’en faire fi. Loin de n’être qu’une façade esthétique, les têtes de mort qui ornent la Memento Mori se révèlent être tout un symbole. La vie. A vivre sans réserve ! Si la fonction première de la Memento Mori va au-delà de celle de garde-temps, sa conception fait pleinement honneur au savoir-faire horloger suisse. Sculpté directement dans la matière, le boîtier représente la fusion entre horlogerie et orfèvrerie.

Or, argent, platine, palladium, autant de versions que d’envies prennent vie grâce au talent de l’artiste. La boîte tout en relief vient alors enserrer celle du mouvement - un calibre ETA 2824. Quant au cadran, il emprunte les codes de deux célèbres horloges : Big Ben (Londres) et Zytglogge (Berne). « Blanc os » ou noir avec douze chiffres romains : il reste très sobre. Seules trois aiguilles égrènent le temps : heures, minutes et secondes.

Spécifications techniques

Boitier
  • Argent massif 925, or (18K), palladium ou platine

  • Intérieur : acier inoxydable

  • Étanchéité : 50 m / 5 ATM

Mouvement
  • Mécanique à remontage automatique

  • Calibre ETA 2824

Fonctions
  • Heure, minute et seconde

Cadran
  • Cadran « Blanc os » ou noir

  • Chiffres romains

  • Aiguilles en acier poli doré, blanc ou noir

  • Glace saphir bombée traitée antireflet

Bracelet
  • Alligator Hornback noir

  • Boucle à ardillon « tête de mort » en argent massif 925, or, palladium ou platine

Who's who

Qu'il est bien rare le moment où Laurent Picciotto concède avoir retenu une pièce sans avoir aucun intérêt pour son mouvement ! Il ne s'en cache pas : en choisissant Strom, il a choisi une marque qui avait "zéro prétention horlogère". Quel fût alors le motif de l'attraction fatale entre le propriétaire de Chronopassion et le sculpteur de ces pièces aux motifs apocalyptiques ? "La boîte", concède-t-il. "Tout est dans la travail de la boîte, dans ces gravures intenses, rock'n'roll, voire gothiques". 

Pourtant, ce n'est pas la première fois qu'un amateur de ce type de motifs se présente rue Saint Honoré. Hélas, Laurent Picciotto regrette que les pièces qu'on lui ait apportées dans ce registre aient toujours été "un peu cheap". Il faut dire que nombre d'artistes, ou prétendus artistes, se sont jusqu'à présent réfugiés derrières la puissance de leurs design pour mieux en masquer l'exécution sommaire, brouillonne.

Chez Strom, style et bienfacture vont de paire. Le premier, radical, sans concession, affiche anges de la mort et crânes dans de massives boîtes en argent, finies à la main. Leur réalisation, elle, est ciselée par un véritable graveur dans des boîtes brutes ou serties, dotées de cadrans nacrés.  Ces détails, cette finition, ne sont pas immédiatement perceptibles. Laurent Picciotto lui-même concède avoir eu à de nombreuses reprises des photos des montres sans qu’elles n'aient retenu son attention.

Il aura fallu attendre l'appel d'un ami pour que l'homme en passe une au poignet. "Viens, j'ai quelque chose de vraiment original", lui aurait-il dit. Et Laurent Picciotto de répondre qu'il connaissait les visuels et que la pièce ne l'intéressait pas. Avant de finalement se rendre chez cet ami et de tomber, lui aussi, en arrêt devant la puissance des pièces.  En faisant entrer Strom chez Chronopassion, Laurent Picciotto mesure d'emblée le risque de clivage : "en faisant le choix de proposer des pièces aussi typées, on a une moitié de gens qui vont trouver cela totalement importable, quand l'autre moitié trouvera cela indispensable".

Ce n'est pas la première fois qu'une pièce fera débat chez Chronopassion, certainement pas la dernière non plus. Journaliste : Olivier Müller (11/12)

Lire la suite