urwerk - UR-106 Flower Power
Luc Virginius / Chronopassion
urwerk - UR-106 Flower Power

UR-106 Flower Power

urwerk
Voir le prix
110'000 €

Disponible Contactez nous
L'avis de laurent

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

UR-106 Flower Power

L'UR-106 présente les heures satellites de signature de la marque sous une forme jamais vue. Trois heures satellites traversent le cadran pour créer la plus graphique des fleurs horlogères.
"Nous voulions créer une montre propre, élégante et féminine, et je dois avouer que nous avons trouvé ce nouveau défi très exigeant. Mais penser aux femmes remarquables qui ont accompagné URWERK depuis le début nous ont fait prendre la mesure".
 
FELIX BAUMGARTNER
 

Spécifications techniques

Boîtier en UR-106 Carré en acier à fleurs et diamant 
Couronne en titane
Dimensions Largeur 35mm x longueur 49.4mm x épaisseur 14.45mm
Crystal Sapphire Crystal avec revêtement antireflet
Résistance à l'eau: pression testée à 30m / 3ATM
Movement Caliber UR-6.01 - automatique
Rubis:  52
Fréquence 28,800v / h - 4 Hz
Réserve de marche 48 heures
Matériaux Les heures satellites en titane se croisent avec la croix de Genève en bronze de béryllium; Carrousel et triple plaque principale en ARCAP lune en lapis lazuli
Finitions de surface Perlage, grenaillage, finition satinée
Indications: Heures, minutes et phase lunaire
Contrôles: couronne d'enroulement à trois positions

Who's who

Pour de nombreuses pièces que l’on trouve chez Chronopassion, Laurent Picciotto en fut le partenaire dès leurs débuts. Mais dans certains cas, il fut là...avant même le début. C’est le cas d’Urwerk. C’est le principe de la souscription. Quand, en 2002, le frère de l’un des fondateurs de la marque se rend rue Saint Honoré, il n’a en poche que des dessins, en tête que des projets, voire des visions. Pourtant, celles-ci séduisent le propriétaire des lieux. Il y est question de nouveau mode de lecture de l’heure, de satellites... La tête dans les étoiles, les fondateurs d’Urwerk ? « En apparence seulement », précise Laurent Picciotto. « Le staff d’Urwerk et son travail sont assez secrets, mais la feuille de route est tout sauf approximative. C’est une affaire de professionnels, minutieux, peut-être en marge du microcosme horloger mais avec une vision très claire de ce qu’ils sont et d’où ils vont ».
 
La première Urwerk tient ses promesses : elle impose son style, un mouvement totalement inédit ainsi qu’une lecture tout autant inédite de l’heure. La montre crée sa propre empreinte parmi les gammes vues et revues de l’horlogerie contemporaine. Mais la nouveauté ne va pas de soi pour tous : « lorsque la première pièce est arrivée en 2004, via souscription, il fallu beaucoup d’évangélisation », concède Laurent Picciotto.
 
Pourtant, passion, pragmatisme et didactisme font leur œuvre : le succès est au rendez-vous. Chronopassion s’impose rapidement comme le revendeur exclusif d’Urwerk en France. L’enseigne représentera au final un volume significatif des ventes de la marque dans le monde. Près de 10 ans après son lancement, Urwerk cultive toujours sa singularité. Elle reste fidèle à ses principes fondateurs de lecture de l’heure par satellites mais y apporte des évolutions constantes à un rythme soutenu : « Je reste encore aujourd’hui très étonné par la capacité à rebondir de la marque », souligne ainsi Laurent Picciotto.
 
L’hôte de Chronopassion poursuit donc sa route avec Urwerk, dont il a proposé la totalité des modèles développés jusqu’à ce jour. Certaines séries limitées se sont d’ailleurs littéralement arrachées ; ces modèles ont provoqué un début de queue rue Saint Honoré qui allait, de toutes manières, largement excéder le peu de pièces disponibles. Pour Laurent Picciotto, l’explication est celle « de clients qui retrouvent leur âme d’enfant. Il y en a parfois aux goûts très classiques qui craquent littéralement pour une Urwerk ». Est-ce rationnel que de ne jurer que par Bréguet ou Audemars-Piguet et de basculer tout à coup dans la folie satellitaire d’Urwerk ? Non, certainement pas. Mais Urwerk est tout sauf un jouet raisonnable...
 
Journaliste : Olivier Müller (11/2012)
Lire la suite