Valbray - EL1 VALBRAY LEICA
Luc Virginius / Chronopassion
Valbray - EL1 VALBRAY LEICA

EL1 VALBRAY LEICA

Valbray

Epuisé Contactez nous
L'avis de laurent

Voir les autres vues Luc Virginius / Chronopassion

Valbray + Leica : le déclic Chronopassion

C'est une édition très limitée. C'est une synergie surprenante entre deux univers différents. Personne n'y avait jamais pensé et pourtant c'est une évidence. Et Chronopassion en sera le seul détaillant horloger au monde.

Le projet entre Valbray et Leica n'est pas encore totalement achevé qu'il réunit déjà les caractéristiques essentielles d'un de nos coups de cœur.  Inattendu, rafraichissant, ludique. La bonne idée, au bon moment, avec les bonnes personnes.

La preuve par trois

La bonne idée, c'est rassembler deux maisons à la forte personnalité. D'un côté, Leica, fantasme absolu de tous les amateurs de belles images. De l'autre, Valbray, jeune marque horlogère indépendante aux garde-temps d'un nouveau genre, dotés d'un obturateur.

Le bon moment, ce sont les 100 ans de Leica. La marque allemande les fête cette année, en 2014. C'est aussi le bon timing pour Valbray, qui a définitivement trouvé son rythme et sa place dans une horlogerie indépendante qu'affectionne Chronopassion.

Les bonnes personnes, ce sont les représentants de Leica, qui ont eu l'audace de confier à Valbray un projet fort pour marquer une date clé dans l'histoire de la maison. Côté Valbray, ce sont Come de Valbray et Olga Corsini, fondateurs de la marque, qui ont développé ce garde-temps dédié à Leica.

Entre les deux, une agence spécialisée dans la communication horlogère, Delos Communications, qui met le tandem en lien avec Chronopassion. L'enseigne accompagne le projet et sera le seul détaillant au monde, en parallèle des boutiques Leica, à avoir 10 pièces réservées à ses clients.

Chronographe pour Photographe

Le résultat, c'est la EL1 Chrono. La pièce offre tout l'ADN Valbray, avec un diaphragme similaire à celui des Leica. Elle se porte sur un bracelet du même cuir que ceux des boîtiers allemands. Le curseur des secondes reprend le design du bouton de l’isométrie. La couleur rouge couchée sur le cadran, la police de caractères, sont autant de rappels stylistiques des appareils Leica.

Chaque exemplaire est numéroté et décliné en deux versions, noire ou grise. Les pièces sont attendues avant l'été, avec cinq unités dans chacun des coloris. Aurez-vous le déclic ?

 

Spécifications techniques

Montre Chronographe axée sur les codes couleurs du noir et blanc des célèbres boîtiers, la EL1 est réalisée en titane grade 5, finition sablée microbillée. Les initiales de son nom sont choisies en hommage à Ernst Leitz, l’un des fondateurs de la marque Leica, Leica étant la contraction de Leitz et camera.
 
La lunette intègre le diaphragme `Oculus‘ de Valbray et devient le lien incontestable entre les deux maisons. Ce mécanisme rappelle le plaisir de la manipulation de l’objectif d’un appareil photographique classique et plus précisément de la `mise à feu’.
 
La rotation manuelle de la lunette tournante met en mouvement 16 lamelles ultrafines qui occultent progressivement le cadran de façon circulaire, rappel magique et absolu du diaphragme Leica.
 
Dans sa version fermée la EL1 Chrono offre cette lecture essentielle du temps que définissent les deux aiguilles, celle de l’heure et celle des minutes. Essentielle, comme le déclic du photographe qui saisit l’instant. Dans sa version ouverte, la EL1 dévoile le chronographe, l’instrument de mesure du temps par excellence
 
Le rehaut de la lunette est orné de quatre blocs de gravures blanches. Leur rythme, qui rappelle les quatre quartiers du découpage du temps, est relayé par les fines nervures latérales de la couronne portant le logo de Leica Camera.
 
La couleur rouge subtilement couchée sur le cadran, la police de caractères utilisée et les nombreux détails du cadran sont autant de rappels stylistiques des appareils Leica.
 
L’indication de la date (à 3h), le curseur des minutes (à midi) et celui des heures (à 6h) rappellent le lay-out des réglages. Le curseur des secondes (à 9h) reprend le design du bouton de l’isométrie. Enfin l’applique 4,5 positionnée à 4 heures et demi, évoque le chiffre de l’ouverture du diaphragme du premier Leica.
 
Sur le fond de la montre, le mouvement Valjoux automatique, avec une masse oscillante ajourée,  est visible au travers d’une vitre saphir, noircie en clin d’œil à la chambre noir.
 
Editée en deux références, 50 en titane et 50 en traitement DLC noir, pour une édition totale de 100 montres numérotées, chacune est équipée de deux bracelets différents, évoquant les sangles des appareils photographiques : l’un est en veau noir negonda, l’autre en veau lisse marron et coutures écrues. Ils sont facilement interchangeables à l’aide d’un tournevis spécifique livré avec la montre.
 
Garde-temps de collection, l’EL1 chrono signe la rencontre entre l’horlogerie et la photographie autour de valeurs communes comme le rapport au temps, l’essentialité de l’instant, l’esthétique fouillée jusque dans le détail et, bien sûr, la passion.
 

Who's who

 
Lorsque la maison Valbray vient présenter ses premières pièces à Laurent Picciotto il y a deux ans, celui-ci fait part d'une première réaction des plus encourageantes : "Nous étions nombreux à attendre cela ! ", s’est-il réjoui. "Cela", pour le propriétaire de Chronopassion, c'est un système d'obturation du cadran de la montre qui fait le lien entre horlogerie et photographie. Par un ingénieux - et inédit - système de micro lamelles qui se superposent les unes aux autres, Valbray crée pour le porteur la possibilité, sur rotation de la couronne, de couvrir et découvrir tout ou partie de son cadran. L'intérêt ? Tout simplement avoir deux montres en une seule, deux visages pour le même garde-temps. Pourtant, fidèle à son habitude, Laurent Picciotto aimerait aller...plus loin. "L'obturateur, c'est une idée géniale, mais on pouvait faire plus. J'aimais l'idée que ce diaphragme ne serve pas qu'à masquer. L'idée était d'avoir plusieurs étages de lecture sur le même cadran. L'obturateur ne devait pas être un accessoire. Toute la montre devait être organisée autour", analyse Laurent Picciotto. L'équipe de Valbray entend la proposition...sans pour autant y donner suite immédiate. La marque vient de se lancer, les investissements en R&D ont été très importants : Valbray doit d'abord convaincre le marché du bien-fondé de sa démarche. Mais, un de ces jours de la foire de Bâle où Laurent Picciotto arpente les allées à la recherche de nouveaux talents, l'équipe de Valbray l'interpelle et l'invite en coulisses pour lui présenter sa seconde génération de produit. L'homme esquisse alors un sourire amusé : la pièce comprend un obturateur à ouverture partielle qui permet de découvrir plusieurs niveau d'informations ! "Valbray avait intégré ma modeste contribution et, probablement sans même avoir gardé en mémoire d'où elle venait à l'origine, avait produit un nouveau prototype en phase avec l'orientation que je leur suggérais à l'époque de notre première rencontre", glisse Laurent Picciotto. Au final, la nouvelle création de Valbray intègre trois niveaux d'obturation qui dévoilent trois types d'obturation, sur une base éprouvée de mouvement Dubois-Depraz. Laurent Picciotto apprécie "la fraîcheur de l'approche, le côté ludique de l'objet" et prend la marque sous pavillon Chronopassion. L'aventure ne fait que commencer mais promet de beaux développements, à l'image d'une équipe "sereine, à l'écoute mais très déterminée", conclut Laurent Picciotto. 
 
Journaliste : Olivier Müller
Lire la suite

REOUVERTURE LE 21 AOUT

fermer