Christophe Claret - Christophe Claret . Marguerite . MTR.MT115.080-110
Christophe Claret - Christophe Claret . Marguerite . MTR.MT115.080-110

Christophe Claret . Marguerite . MTR.MT115.080-110

Christophe Claret | 72'000 € TTC

Disponible
L'avis de laurent

Voir les autres vues

Marguerite, merveille florale de Christophe Claret

Romantique et subtilement poétique, la montre Marguerite incarne la quintessence de l’horlogerie féminine telle que la conçoit Christophe Claret. A la virtuosité mécanique, l’horloger ajoute une esthétique audacieuse et singulière qui exalte l’imagination et dévoile un message secret personnalisable. La fugacité du temps et la passion amoureuse se posent délicatement au poignet, avec un raffinement rare auquel aspirent toutes les femmes.
 
Il y a mille façons d’aimer et autant de manières de le dire. Il y a mille langages pour saluer la fuite du temps et rendre chaque instant précieux et unique, infiniment… Pour les femmes, et seulement pour elles, Christophe Claret n’en choisit qu’un seul. Celui du romantisme. Poétique, mue par un singulier sens du jeu et de l’illusion, Marguerite s’inscrit dans la lignée de la Margot, le tout premier modèle féminin de Christophe Claret. Une création qui confirme la volonté de la maison horlogère de donner corps à une collection féminine à part entière, composée de complications exclusivement dédiées aux dames.
 

Quand l’éphémère évoque l’intemporel

 
Au cœur de cette fable horlogère, deux graciles papillons virevoltent autour d’une marguerite dont les pétales  se chevauchent afin de reproduire ceux d’une vraie fleur. Pour escorter joyeusement la course du temps, Christophe Claret a en effet invité deux papillons teintés de Super-LumiNova® de couleur orange. Le plus foncé, symbolisant la femelle, est posé sur un pétale de la marguerite qui entre en rotation toutes les heures. Le plus clair, incarnant le mâle, indique quant à lui les minutes. Posé au bout d’une tige solidaire du précieux pistil en rubis, il papillonne littéralement autour du cadran en nacre blanche. 
 

Un message secret personnalisé

 
L’enchantement visuel ne s’arrête pas là. Montre romantique par excellence, Marguerite fait de la passion amoureuse un sujet de rêverie intime. Outre l’indication des chiffres arabes 3, 6 et 9, le cadran présente un deuxième affichage. Sur une simple pression du poussoir situé à 2h, les chiffres s’éclipsent pour laisser apparaître un message qui peut être  personnalisé via un configurateur sur le site internet de la marque. La montre peut afficher n’importe quel message demandé par l’acquéreur, dans la langue désirée, le nombre de caractères étant limité. Pour mettre au point ce jeu d’illusion, Christophe Claret s’est inspiré du célèbre tour de magie « Wow !! ». A l’image de ce tour jamais intégré dans une montre, le changement entre les deux affichages est réalisé grâce à la superposition de deux disques : le disque supérieur mobile en saphir transparent métallisé d’une mosaïque de carrés entre en rotation sur le disque inférieur fixe en nacre blanche sur lequel est décalquée, en noir, une autre mosaïque intégrant le texte et les chiffres. En relâchant le poussoir, le retour à l’affichage des chiffres des heures s’effectue instantanément.
 

De la poésie, dans chaque détail

 
Parce que Christophe Claret excelle dans l’art mécanique, la montre Marguerite est équipée d’un mouvement à remontage automatique dont le double barillet offre une réserve de marche de 72 heures. Le fond saphir du boîtier donne à admirer la masse oscillante du mouvement sculptée telle une marguerite et sertie de huit rubis. La propriétaire peut à l’envi s’adonner au jeu « He loves me… he loves me not », version anglophone simplifiée de l’effeuillage de la marguerite, cette distraction typiquement féminine inventée au Moyen-Age. Pour jouer, il suffit de positionner la montre à l’horizontal et d’effectuer un ou deux mouvements ondulatoires. La masse oscillante tourne alors quelques instants avant de s’immobiliser. Le rubis le plus proche du cœur laqué rouge délivre la réponse – « yes » ou « no », au centre. 
 
Amoureux des détails, Christophe Claret multiplie les références à la délicatesse de la marguerite. Au centre de la masse oscillante, un élément cerclé et diamanté en forme de fleur permet de dissimuler le roulement à bille. Un motif auquel font écho les cannelures qui, telles des pétales, ornent la couronne, ou encore les vis du bracelet, également en forme de fleur.
 
Plus que jamais, la Marguerite s’impose comme un symbole du jeu romantique de l’amour et du hasard. Une montre à aimer passionnément au gré des différentes versions en or gris ou en or 5N, serti « flocon », serti « champagne » ou serti « neige », disponibles en série limitée de 30 pièces. 

Spécifications techniques

MTR.MT115.080-110      
Boîte : Or 5N , serti champagne (98 diamants, 0.86 carat)
 
Mouvement : Calibre : MT115, mécanique à remontage automatique
Dimensions : Diamètre : 35.70 mm ,Hauteur : 9.67 mm (avec aiguilles)
Nombre de composants : 245
Nombre de rubis : 36
Barillets :Double barillets 
Réserve de marche : 72  heures
Echappement :Fréquence : 4 Hz (28’800 A/h), A ancre Suisse
 
Cadran : Cadran à double affichage : indication de l’heure « 3, 6, 9 » ou du message secret personnalisé.
 
Le changement entre les 2 affichages s’effectue à l’aide du poussoir situé à 2h qui fait tourner de 1.5° le disque supérieur en saphir transparent métallisé d’une mosaïque de carrés sur un cadran fixe en nacre blanche décalqué.
 
Lecture de l’heure :
 
L’indication des heures se fait grâce à un papillon, orange, posé sur une marguerite qui tourne.
L’indication des minutes se fait grâce à un papillon,  orange,  posé sur une tige. Cette tige fait corps avec le pistil de la marguerite.
Pistil de la marguerite en rubis.
Douze pétales en laque blanche.
 
Verso :
Jeu « He loves me… he loves me not » : lorsque la masse oscillante s’arrête, le rubis le plus proche du cœur rouge indique la réponse (indication « yes » ou  « no » au centre).
 
Couronne :Or Rose 5N  avec cabochon serti d’un rubis.
 
Bracelet :Alligator rouge.
 
Série limitée : 30
 

Who's who

Lire la suite