Louis Erard - Louis Erard La Petite Seconde Louis Horror x seconde/seconde/
Louis Erard - Louis Erard La Petite Seconde Louis Horror x seconde/seconde/

Louis Erard La Petite Seconde Louis Horror x seconde/seconde/

Louis Erard | 2'250 € TTC

Disponible
L'avis de laurent

Voir les autres vues

FRISSONS D’ERARD

Louis Erard n’a peur de rien et le prouve en abandonnant son modèle Excellence Petite Seconde aux sévices d’un maître détourneur, le parisien seconde/seconde/, en pleine nuit d’Halloween. 
 
La Petite seconde Louis Erard — alias Louis « Horror » — x seconde/seconde/. Se prendre trop au sérieux? Quelle horreur! C’est la seconde fois que les routes de ces deux indépendants se croisent. L’hybridation est souriante, mais c’est à chaque fois pire: la première collaboration de 2021 a mené à « Louis Error »; cette deuxième collaboration a un goût de revenant et l’esprit encore plus frappeur. 
 
Jeu de mots. Jeu d’esprit. Une pointe de grand-guignol ludique. Un bonbon volé dans le sac à gâteries de la fête des Morts. Arrêtons-nous une seconde, car le modèle Louis Erard Petite Seconde a changé de dimension. Le squelette semblait tout indiqué pour la funeste célébration, mais la référence était trop horlogère et trop conventionnelle — vade retro satana! — pour l’iconoclaste concepteur de seconde/seconde/. C’est donc un ectoplasme pixélisé qui a été convié à avaler la trotteuse et qui tourne maintenant et jusqu’à la fin des temps dans son sous-cadran rond comme un donjon. Une touche sanguinolente a été laissée sur le label, dans la forme et dans le fond : Erard = Horror. 
Tout le reste est très sérieux. Car il n’y a rien de plus sérieux en réalité que le détournement. Surtout lorsqu’il s’agit d’horlogerie signée Louis Erard. Surtout lorsqu’il s’agit de supplicier son modèle classique Petite Seconde, l’un des trois visages de son triptyque Excellence. Car sous le linceul de l’épouvante brille une montre suisse de la meilleure facture : calibre Sellita SW261-1 automatique, boîtier acier 316 L, cadran opalin argenté avec zone satinée circulaire, compteur azuré à 6h avec zone diamantée, aiguilles signatures sapins, index anthracites brillants. 
 
Les interventions de seconde/seconde/ sont elles-mêmes des réalisations trompeuses. seconde/seconde/, alias Romaric André, a fait de ses détournements pop sa marque de fabrique et sous leurs airs de grand guignol se cache un soin des détails et une qualité d’exécution bien réels. 
 
Louis Erard poursuit ainsi dans la petite boutique des horreurs son oeuvre de désenclavement de la belle horlogerie. Classique dans sa réalisation, mais contemporaine dans ses références et dans son mode opératoire — rappelant une fois encore la force du partage et de la collaboration. Sa manière singulière de rendre la montre identitaire et créative accessible, pas seulement en termes de prix, aussi en termes de culture, en la rendant la plus populaire possible, au sens noble de l’expression. 
 
La Petite Seconde Louis Horror x seconde/seconde/ est éditée en série limitée à 178 exemplaires — nombre symbole : ensemble on est toujours plus fort.
 

Spécifications techniques

La Petite Seconde Louis Horror x seconde/seconde/ réf. 34238AA61 
Édition limitée à 178 exemplaires 
Mouvement Automatique, calibre Sellita SW261-1, 3 aiguilles avec petite seconde à 6H, 11½’’’, Ø25.60 mm, hauteur : 5.60 mm, 31 rubis, 28,800 A/H (4Hz), mouvement version élaborée, masse spécialement ajourée avec symbole Louis Erard laqué noir, env. 38 heures de réserve de marche 
Fonctions HMS 
Aiguilles des heures et minutes au centre, aiguille des secondes à 6H 
Boîte Acier inoxydable poli, Ø39 mm, entre-corne : 20 mm, corne à corne : 46.48 mm, épaisseur : 12.25 mm, 3 pièces, verre saphir bombé avec traitement antireflet sur les deux faces, mouvement visible à travers le fond transparent, étanche jusqu’à une pression de 5 bars (50 m / 165 ft), couronne signature sapin, fond gravé « Limited Edition 1 of 178 » 
Cadran Opalin argenté avec zone satinée circulaire, compteur azuré à 6h avec zone diamantée, index anthracites brillants, décalques anthracites et rouge pour mention « Horror » 
Aiguilles Aiguilles des heures et des minutes anthracites polies signatures sapin, aiguille des secondes : fantôme luminescent (émission verte) avec signature seconde/seconde/ 
Bracelet Cuir de veau grainé noir foncé avec points d’attache ton sur ton, doublure en cuir de veau grainé bleu, boucle ardillon en acier inoxydable poli, barrettes à ergot pour un changement rapide du bracelet 
Dimensions : largeur 20/18 mm, longueur 80/115 mm 
Collaboration Montre développée en collaboration avec seconde/seconde/ en édition limitée à 178 exemplaires 
 
À PROPOS DE SECONDE/SECONDE/ 
« Disruptif, provocateur, rebelle ? Non ! Peut-être un peu discordant ; assurément primesautier. » 
Aux qualificatifs galvaudés, seconde/seconde/ (de son vrai nom Romaric André) en préfère de plus désuets. Et ce penchant pour les choses du passé semble d’ailleurs largement irriguer ses travaux. C’est en effet sur base de sa passion pour les montres vintage qu’il fut l’initiateur, il y a plusieurs années, du ‘hand swap’. 
Ce principe, devenu sa signature, est « un jeu horloger, esthétiquement radical mais techniquement inoffensif, qui consiste à remplacer une ou plusieurs aiguilles sur une montre existante ». 
seconde/seconde/ s’attaque la plupart du temps à des montres de grandes marques des années 50, 60 ou 70. Le contraste provoqué par son ‘hand-swap’ y est alors d’autant plus percutant. Des cadrans patinés et marqués par le temps apparaissent comme électrisés par des aiguilles au design surcoloré, visiblement anachronique. 
« C’est chez moi d’abord guidé par une pulsion d’irrévérence. Je viens en effet bouleverser un équilibre séculaire, rompre une harmonie préalable. C’est assez grisant de désarçonner le produit. Déconstruire l’objet d’abord pour le reconstruire ensuite et en révéler une facette méconnue. Je vois en chaque montre l’opportunité d’en faire jaillir une toute nouvelle perspective, sérieuse ou plus légère. » 
Toutes les aiguilles repensées par seconde/seconde/ disent ainsi quelque chose des montres qu’elles habillent ou viennent les percuter pour en faire vibrer la corde parfois sensible. Et dans cette esthétique faussement naïve, poésie et ironie ne sont jamais loin l’une de l’autre.

Who's who

Lire la suite